Semaine politique à Besançon

Anne Hidalgo à Planoise, Elisabeth Borne à Palente, Ludovic Fagaut à Granvelle le 23 novembre puis Eric Ciotti à Miserey et Valérie Pécresse à Ecole-Valentin le 26 et le 27, les ingrédients sont réunis pour faire chauffer les casseroles à 5 mois de l’élection présidentielle.

151
Elisabeth Borne, la ministre du travail en compagnie d'Anne Vignot la Maire de Besançon et de Christine Bouquin la Présidente du département du Doubs à l'école de production de Palente ©
« On pouvait espérer mieux d’un jeune président »
Anne Hidalgo a été accueillie à Planoise avec des roses rouges ©YQ

La Maire de Paris, candidate à la présidentielle du Parti socialiste, était à l’espace Nelson Mandela de Planoise le 23 novembre. Accueillie par Myriam El Yassa, la première secrétaire du PS du Doubs, Anne Hidalgo a entamé son propos sur le combat contre les extrémistes et pour l’accueil des étrangers. Stéphane Ravacley, le médiatique boulanger du quartier Rivotte était là pour témoigner de l’intérêt humanitaire, social et économique des entreprises à embaucher des étrangers… ! La Maire de Paris a ensuite entrepris un long panégyrique des cinq années du macronisme « On pouvait espérer mieux d’un jeune président…mais le ruissellement n’a pas eu lieu. Le fossé s’est encore creusé ». S’en est suivie une longue critique du bilan d’Emmanuel Macron « un jeune président pourtant très archaïque ». Le chemin est encore long pour celle que certains médias appellent Madame 5%. « Nous représentons la générosité dans le patrimoine de toute la gauche. C’est particulièrement vrai à Besançon, la ville de Paulette Guinchard, ministre de Lionel Jospin que j’ai eu l’honneur de servir » a conclu la candidate socialiste devant un petit auditoire de 120 personnes.

« Les reconversions professionnelles et l’insertion sont des enjeux majeurs »
Elisabeth Borne, la ministre du travail en compagnie d’Anne Vignot la Maire de Besançon et de Christine Bouquin la Présidente du département du Doubs à l’école de production de Palente ©

Le matin, la ministre du travail, de l’emploi et de l’insertion était à « l’école de production » de Palente. Le réseau national d’une quarantaine d’écoles en France créé à l’initiative de l’UIMM, prépare à des CAP et BAC Pro dans tous les domaines de l’industrie. Formation qualifiante et d’insertion, l’école de production de Palente est la réponse intelligente à la pénurie de main d’œuvre dans l’industrie et à l’insertion de jeunes déscolarisés ou de jeunes mineurs étrangers (Mineurs non accompagnés). Elisabeth Borne a répondu par avance à la question posée le soir par le boulanger de Rivotte « Quand on fait les choses dans l’ordre, ça se passe bien ! Quand un jeune mineur arrive en France, la première précaution est de s’assurer qu’il est « effectivement » mineur, de le confier aux services d’aide à l’enfance, de lui donner une formation, lui apprendre le français et à 18 ans, il pourra éventuellement recevoir un titre de séjour ». Entourée d’Anne Vignot la Maire de Besançon (qui n’était pas encore testée positive au Covid-19), Marie-Guite Dufay la Présidente de région et Christine Bouquin la Présidente du département du Doubs, Elisabeth Borne a fait le tour des ateliers pour échanger avec les jeunes en formation (nous reviendrons plus longuement sur la semaine de l’Industrie  dans notre édition papier du 6 décembre).

« Besançon fracturée »
Première réunion publique pour Ludovic Fagaut et les 10 autres conseillers municipaux d’opposition. Bilan d’une année de mandat difficile face à Anne Vignot ©YQ

Ludovic Fagaut, le chef de file de l’opposition municipale à Besançon, tenait sa première réunion publique sur le bilan de la première année de mandat d’Anne Vignot. Devant une cinquantaine de personnes réunies Salle Proudhon à Granvelle, Ludovic Fagaut et les 10 autres conseillers municipaux, ont passé en revue l’année d’une municipalité plus idéologue que pragmatique, mettant l’accent sur l’absence de réponses aux questions légitimes de l’opposition et assénant à Anne Vignot « le costume de Maire est trop grand pour vous Madame Vignot ». Revenant sur le récent débat sur l’évolution de la taxe d’aménagement, Ludovic Fagaut a parlé de « GBM fracturée depuis un an là où Jean-Louis Fousseret faisait preuve d’écoute ». En attaquant la Maire de Besançon, le chef de file de « Besançon Maintenant » tacle au passage Yannick Jadot, le candidat écologiste à l’élection présidentielle.

En fin de semaine, Eric Ciotti et Valérie Pécresse s’affronteront à distance sur le territoire bisontin dans les derniers échanges avant le vote du congrès des LR pour choisir leur championne ou leur champion.

Besançon et la Franche-Comté deviendrait-elles le creuset où l’on façonne les futurs présidents de la République. Il y a quelques semaines, Emmanuel Macron était venu en personne à Gray caresser les amoureux des animaux dans le sens du poil sans prendre les chasseurs à rebrousse-poil.

Yves Quemeneur