Sexualité et handicap, des tabous à lever

130
Amour et handicap
Amour et handicap, lever les tabous

Le CCAS de Besançon organise le lundi 4 novembre à 20h une conférence sur la question du handicap et de la sexualité. Jennifer Fournier, maîtresse de conférences à l’Université Lumière Lyon 2 animera cette rencontre à la Cité des Arts sur un sujet encore tabou.

La vie affective et sexuelle est-elle interdite aux handicapés 

La sexualité est une composante centrale de l’être humain et le handicap, quel qu’il soit, n’est pas un élément de l’identité des individus. Chaque personne est sexuée, désirante et désirable. Le corps ressent, souffre, aime, c’est aussi la réalité des personnes handicapées.

Le handicap, inné ou à la suite d’un accident de la vie, ne doit pas gommer les émotions et le plaisir de la sexualité. L’envie et le besoin d’aimer et d’être aimé est identique pour tous les êtres humains. C’est un facteur d’épanouissement, y compris pour les personnes en situation de handicap.

Pourtant, les freins restent importants. Les associations qui militent pour une meilleure vie affective et sexuelle sont encore confrontées à des idées toutes faites : “une personne polyhandicapée ne peut pas avoir de sexualité” ou encore “une personne trisomique ne doit pas avoir d’enfant”.

Ces freins peuvent être liés au manque d’informations, à une formation adaptée insuffisante des personnels dans les institutions, aux risques en termes de responsabilité civile ou pénale. Se pose également “la sexualité tarifée”. L’assistance sexuelle des handicapés est assimilée en France à la prostitution. Il s’agit pourtant d’un accompagnement sensuel et/ou sexuel, une approche délicate de son corps et du corps de l’autre. Cela permet aux personnes souffrant de handicaps une meilleure affirmation de soi, un apaisement des tensions.

Les personnes en situation de handicap ont droit à une vie privée, ont droit à leur intimité. L’ouverture d’esprit des familles, des amis ou des institutions a tendance à se développer même si un nombre encore trop important de personnes handicapées reste exclus d’une vie amoureuse.

Yves Quemeneur

Lundi 4 novembre 2019 à 20h (ouverture des portes à 19h) à la cité des Arts de Besançon. Les associations pilotent une programmation toute la semaine.