Sortez les paniers et rendez-vous en forêt

428
Il est beau celui-ci ! Mais mieux vaut le laisser à sa place ...

Nos vastes étendues boisées regorgent de trésors en tout genre, dont les champignons qui commencent à pointer le bout de leur chapeau. Claude Page, mycologue averti, nous parle des délices que nous pouvons ramasser … et des piégeux à éviter.

« Nous sommes dans la pleine saison des chanterelles, assure le spécialiste. Ces petits champignons jaunes présentent des plis sous le chapeau, et non des lamelles. » Ce délicieux comestible se trouve dans les bois présentant des feuillus et des conifères, essentiellement sur le plateau de Levier. Elle apprécie les sols chauds et humides, et elle sort sous forme de taches. Sa cousine la chanterelle d’automne se distingue avec son chapeau brun et sa forme, plus semblable aux trompettes de la mort. Ces dernières ne sont que peu présentes dans le Haut-Doubs. Il faut redescendre sur le plateau d’Etalans pour espérer en trouver.
« Les rosés des prés, ou agaric champêtre, est en plein boum ! C’est maintenant qu’il faut arpenter les champs pour en dénicher. C’est un champignon très reconnaissable par sa forme ronde, sa couleur blanche et ses lamelles rosées. Si les lamelles sont blanches, ne le cueillez surtout pas ! C’est un vénéneux ! ».
Et bien sûr, qui dit Haut-Doubs, dit « petit gris ». « De son nom scientifique clitocybe nébuleux, le petit Gris est un incontournable du Haut. On le trouve en très grand nombre au pied des arbres, sous les branches et les feuilles qu’ils transforment en humus. C’est un champignon au goût très prononcé, qu’il faut faire sécher avant consommation pour éviter tout trouble digestif. Il est très apprécié en croûte ! » Puis, après la saison des Gris, vient celle des bleus. « C’est un très bon comestible que l’on déniche sous les feuillus et les conifères. Il pousse en taches, surtout en octobre et novembre. »
Dans nos contrées, on peut également trouver des cèpes de Bordeaux , sous les épicéas. « On en trouve même en alpage », précise Claude Page. Les bolets en tout genre ravissent les papilles des amateurs.
« Voilà pour les champignons essentiels du Haut-Doubs, ajoute le mycologue. Lorsque l’on sait reconnaître ceux-là, on est sûrs de manger les meilleurs. Toutefois, vous pouvez aussi rechercher des pieds-de-mouton, des coprins chevelus dont on ne mange que le chapeau, des russules charbonnières, … »

Attention, danger !
La cueillette des champignons n’est toutefois pas sans risque. « Bien qu’il n’existe pas d’amanites phalloïdes dans le Haut-Doubs, il faut se méfier de certains champignons qui s’avèrent dangereux. L’amanite vireuse, par exemple, pousse dans les tourbières. Elle est hautement toxique. Bien sûr, nous connaissons tous l’amanite tue-mouches, qui est dangereuse, tout comme l’amanite panthère. D’autres espèces peuvent se montrer vénéneuses sans pour autant être mortelles. Mais finir avec des désordres digestifs après une bonne fricassée, c’est quand même dommage ! »

Quelques précautions à prendre
Pour éviter tout risque de contamination, il suffit de respecter quelques règles de sécurité. « Il ne faut jamais mettre votre récolte dans un sac en plastique. Les champignons pourrissent immédiatement. Il faut un panier en osier. Il faut également cueillir les champignons en totalité, avec le pied, pour une meilleure expertise. Il faut bien séparer les champignons de votre récolte, afin de ne pas contaminer votre récolte avec un individu douteux. Et si vous avez le moindre doute, rendez-vous en pharmacie ou auprès d’un mycologue. Durant la saison, il y a une permanence au dessus de la mosquée, tous les soirs de 20h à 22h. Pensez à conserver vos champignons au frais jusqu’à l’expertise. »

Pour en savoir plus sur les champignons, rendez-vous à l’exposition organisée par la SHNHD (Société d’Histoire Naturelle du Haut-Doubs) les 21 et 22 septembre prochains au théâtre Bernard Blier de Pontarlier. Vous pourrez venir à la rencontre de spécialistes et observer des spécimens de champignons. Le même rendez-vous est fixé à la Maison de la Réserve de Labergement-sainte-Marie, les 5 et 6 octobre. Le salon sera ouvert sur ces deux dates le samedi de 14h à 18h et le dimanche de 10h à 12h et de 14h à 18h.

Le coprin chevelu est un délicieux comestible dont il faut consommer le chapeau.