Stationnement sauvage à Besançon : promesse tenue

667
Anne Vignot la Maire de Besançon et Benoît Cypriani son adjoint à la tranquillité publique étaient ce jeudi 3 septembre sur l'esplanade de l'église Saint Maurice pour présenter le plan d'actions contre "les stationnements sauvages" ©YQ

La Maire Anne Vignot met en musique une promesse de la candidate Anne Vignot. Les véhicules (voitures et camions) garés sur les trottoirs du centre-ville, c’est terminé à compter du 7 septembre.

Anne Vignot avait choisi ce jeudi 3 septembre  l’esplanade de l’église Saint-Maurice, devenue un parking « sauvage », pour lancer une campagne pour “une meilleure qualité de vie et un espace public plus sécurisé”.

Donner toute sa place à chacun

Pas question de montrer du doigt tel ou tel, qu’il soit artisan, commerçant ou visiteur et consommateur. La Maire veut promouvoir une autre organisation de l’espace public pour “faciliter la vie de tout le monde”. “Nous allons travailler avec les commerçants, les artisans et les transporteurs”. Le stationnement sauvage fait partie des incivilités qui dégradent la qualité de vie des citoyens au quotidien. Les piétons, les personnes en situation de handicap, les poussettes et les cyclistes se mettent chaque jour en danger pour éviter ces véhicules mal stationnés.

Des mauvaises habitudes à changer
A compter du 7 septembre, le stationnement gênant passe à 135€

Alors que l’accès aux commerces est rendu plus difficile par les voitures sur les trottoirs, certains commerçants du centre-ville n’hésitent pas à en rajouter en se garant devant leur magasin par habitude… au risque de perdre leurs clients.

En matière de mauvaises habitudes, la rue Mégevand a tenu longtemps « le haut du pavé ». Les trottoirs étroits servaient de stationnement pour les parents déposant leurs enfants aux deux écoles primaires de la rue. L’information sur la gratuité pendant 59 minutes du parking couvert de la mairie (à quelques dizaines de mètres) a, semble-t-il, porté ses fruits selon Marie Zehaf, ancienne adjointe à la voirie de Besançon et récente vice-présidente chargée de la voirie à Grand Besançon Métropole (GBM).

Il est bien connu que l’incivilité, c’est toujours l’autre. Nous avons tous et toutes de bonnes raisons pour nous garer sans trop faire attention. A partir du 7 septembre, le manque d’attention et de respect, ce sera 135€.

Faciliter aussi le stationnement des artisans

Anne Vignot le rappelait “si nous voulons accompagner la rénovation de l’habitat dans le centre historique de Besançon, nous devons accepter que les artisans du bâtiment puissent se garer à proximité de leurs chantiers”. Une plateforme numérique sera bientôt mise en œuvre pour que les professionnels demandent leurs autorisations de stationnement en ligne, une initiative de bon sens ! Les zones de livraisons vont également être augmentées. On en compte à ce jour une trentaine dans la Boucle et Battant.

Un nouveau plan d’actions

*L’arrêté de circulation va être modifié pour considérer le stationnement en dehors des emplacements marqués, comme très gênant, et conformément au code de la Route, se voir appliquer une amende de 4ème classe à 135€ avec possibilité de mise en fourrière immédiate.

*Les actions de contrôle et de verbalisation de la police municipale seront renforcées notamment sur les trottoirs et les pistes cyclables.

*Des opérations flash, mettant également à contribution la police nationale, seront organisées en journée et en soirée à des heures différentes. A ce sujet, la Maire a rappelé utilement que les parkings en surface sont gratuits la nuit et les parkings couverts limités à 1€ la nuit entre 19h et 9h.

Campagne d’information dans toute la ville

L’information sur “la tolérance zéro” en matière de stationnement gênant va débuter le 7 septembre sur les panneaux d’information Decaux, les arrières de bus et sur les trams. Les réseaux sociaux de la Ville de Besançon vont également diffuser l’information.

Il y a un peu plus de vingt ans, la Ville de Besançon, la Chambre de Commerce et d’Industrie et les transporteurs s’étaient réunis pour proposer une charte de bonne conduite en matière de livraisons. Elle n’a jamais été suivie d’effet. Il est plus que temps de régler ce problème d’incivilités qui pourrit la vie des bisontins. Chapeau à Anne Vignot qui, en deux mois, respecte une promesse de campagne.

Yves Quemeneur