“Terra Vesontio” la cité durable

642
Ludovic Fagaut, tête de liste de "Besançon Maintenant" était entouré de plusieurs co-listiers pour présenter son projet "Terra Vesontio" sur la terrasse de l'ancienne Epicerie Jeanney Place de la Révolution ©YQ

Dans le prolongement de son émission télévisé BMTV2020 consacrée à l’environnement, Ludovic Fagaut tenait ce vendredi 5 juin une conférence de presse sur son projet « Terra Vesontio ».

L’écologie n’appartient pas à un clan

Le candidat de la droite et du centre le répète à l’envi “je ne suis pas le candidat d’un clan, d’un parti ou d’une idéologie” renvoyant sa principale concurrente et son projet pour Besançon d’écologie punitive.

Les Vaîtes étendard des différences

Ludovic Fagaut veut faire de ce quartier, poumon vert de Besançon “un village de l’environnement” en concertation avec tous les habitants du secteur. Celui qui ne craint pas d’avoir affirmé depuis 6 ans son opposition au bétonnage du quartier des Vaîtes, ironise sur la liste d’Anne Vignot (EELV) dont le n° 2 (Nicolas Bodin-PS) fut l’adjoint chargé de l’urbanisme et responsable du projet des Vaîtes contesté par les habitants.

L’idée de « Terra Vesontio » c’est une grande ferme urbaine pour relancer les productions locales et particulièrement le maraîchage qui favorise les circuits courts. C’est également faire le lien dans l’approvisionnement des cantines scolaires en accompagnant l’installation d’un atelier de préparation et de transformation des produits locaux. C’est enfin expérimenter sur l’ensemble du quartier une circulation autorégulée (sans feux tricolores) diminuant l’accidentologie, les rejets de CO² et les embouteillages. « Terra Vesontio » c’est aussi un label pour toute la ville dans une logique de transition 0 carbone.

Face à l’écologie punitive, Ludovic Fagaut propose une écologie du bon sens
Ludovic Fagaut sur la terrasse de l’épicerie Jeanney, une vue à 360° sur le cœur de Besançon ©YQ

Il veut installer des potagers familiaux, des poulaillers municipaux ou réintroduire la production hydro-électrique au moulin Saint-Paul. Pour le recyclage des déchets alimentaires, il souhaite développer dans chaque quartier des îlots de compostage, une façon d’enrichir la terre localement, précise Guillaume Bailly n°3 de la liste et spécialiste de l’agriculture. Face au dérèglement climatique, il propose de planter 30 000 arbres en six ans en adaptant la gestion des forêts à l’évolution climatique ou encore de végétaliser la ville par des îlots de fraîcheur. Les idées de bon sens ne manquent pas…pourra-t-il toutes les réaliser ?

La mobilité sur le principe de la liberté

Ludovic Fagaut le répète “je suis pour le développement du multimodal sur l’ensemble de la métropole mais je ne veux pas d’une opposition frontale entre voitures, vélos et transports en commun comme le propose Anne Vignot”. Il ajoute avec gourmandise : “j’ai félicité le maire d’avoir mis un terme rapide à l’expérimentation d’une voie cyclable sur le boulevard qui avait été proposée par Anne Vignot contre l’avis de Nicolas Bodin”. Tout en multipliant par deux le nombre de kilomètres de voies cyclables grâce à une autoroute cyclable autour du centre, il veut piétonniser vraiment le cœur de ville en laissant le réseau de bus à l’extérieur de la boucle, remplacé par des navettes électriques à arrêts aléatoires.

“Terra Vesontio, il faut agir et rien d’autre pour une vie plus durable à Besançon” a conclu Ludovic Fagaut sur la terrasse de l’ancienne épicerie Jeanney, patrimoine historique et économique de Besançon place du marché. Le lieu vient d’être aménagé en espaces de co-working.

Yves Quemeneur