Transports en commun à Besançon : une reprise efficace pour les voyageurs

234
Michel Loyat, vice-président de Grand Besançon Métropole et Laurent Sénécat, Directeur de Keolis Besançon Mobilités ont présenté les premiers éléments du réseau Ginko après déconfinement ©YQ

Michel Loyat, Vice-président de Grand Besançon Métropole chargé des transports et Laurent Sénécat, Directeur de Keolis Besançon Mobilités faisaient le point sur la reprise d’activité du réseau de transports en commun de Besançon à J+3 après le déconfinement.

Ginko Besançon a été l’un des réseaux français à avoir assuré efficacement la permanence du service depuis le 16 mars. Le service public a ainsi réalisé de 12 000 à 14 000 voyages/jour pendant la période de confinement. Ginko a donc maintenu environ 40% de son offre habituel pour répondre aux besoins de déplacement des personnels soignants, des salariés des commerces alimentaires et de certaines entreprises.

La reprise en douceur depuis le 11 mai

L’offre de services tram et bus représente 84% d’un jour scolaire habituel et 69% pour les liaisons périurbaines. L’amplitude du service est identique à celle appliquée toute l’année. La fréquentation est en hausse de 60% malgré la nécessité de limiter le nombre de voyageurs par rame de tram ou par bus compte tenu des règles de distanciation. Le nombre de voyageurs atteint 40% du potentiel sur les lignes de tram (12 000 voyages/jour) et 50% sur la ligne 4 (5 300 voyages/jour). La ligne 3 habituellement surchargée bénéficie de la fermeture jusqu’en septembre du campus de la Bouloie.

Des ajustements pourront être effectués sur certaines lignes pour éviter un nombre trop important de voyageurs (ligne 8 desservant le centre commercial de Valentin)

Les lignes tram T1 et T2 assurent un tram toutes les 12 min (6 min sur la portion Hauts du Chazal-Parc Micaud). Un bus toutes les 10 min aux heures de pointe sur les lignes L3 à L7, toutes les 15 min sur les lignes L8 et L9, un bus toutes les 30 min sur les lignes L10 et L11, enfin toutes les 45 min sur la ligne 12.

Scolaires et réservations

Les lignes Diabolo vont être progressivement remises en place, en fonction du calendrier de réouverture des collèges et des lycées. Le service Ginko Access réservé aux personnes à mobilité réduite est disponible aux conditions habituelles.

Les mesures barrières très bien respectées
Opération de contrôle du port des masques et des titres de transport le 13 mai 2020 ©YQ

Depuis lundi 11 mai, de nombreux contrôles ont été effectués par les services de police (municipale et nationale) et les contrôleurs Ginko. Ces contrôles servent à accompagner, comprendre et faire preuve de pédagogie aux quelques rares voyageurs ne respectant pas les mesures mises en place. Le masque, obligatoire dans les transports en commun et aux arrêts/stations, est naturellement porté par 98% des voyageurs. La distanciation d’un mètre entre les voyageurs est largement respectée, un siège sur deux est neutralisé.

Laurent Sénécat, le directeur de Keolis Besançon Mobilités l’a rappelé “la forte mobilisation de tout le personnel Ginko depuis deux mois a permis de maintenir une qualité de service bien supérieure à de nombreuses villes. Les mesures de nettoyage et de désinfection des bus et trams garantissent une meilleure sécurité pour les voyageurs. C’est dire l’importance sociale d’un réseau de transport en commun comme celui de Grand Besançon Métropole”.

Pas d’achat de titres à bord des bus

La vente à bord reste suspendue jusqu’à nouvel ordre. Les voyageurs peuvent acheter leurs titres de transport aux distributeurs automatiques dans les stations du tram et de la ligne 3. La vente en ligne est disponible sur www.ginko.voyage, ainsi que dans les relais Ginko et à la boutique du Centre Saint-Pierre rouverte depuis le 11 mai. L’achat et la validation des titres de transport est obligatoire, même en correspondance.

La reprise des activités économiques et le retour partiel des collégiens et lycéens va entraîner une augmentation importante du nombre de voyageurs dans les transports en commun. “Si chacun porte un masque, il se protège et protège les autres. C’est le meilleur moyen de limiter dans le temps les contraintes liées à la crise sanitaire” a conclu Laurent Sénécat.

Yves Quemeneur