Travaux Publics : le »Cluster Eco-Chantiers » devient « ECORSE TP » au service de l’aménagement durable en Franche-Comté.

642
Lancement du réseau "ECORSE TP" en Bourgogne Franche-Comté "construire un futur responsable". Vincent Martin le président de la fédération régionale des Travaux Publics et Christophe Ribette Président d'ECORSE TP entourent Stéphanie Modde, la nouvelle vice-présidente de la région Bourgogne Franche-Comté ©YQ

Créé en 2011 à l’initiative de la Fédération Régionale des Travaux Publics de Franche-Comté, le réseau regroupe des entreprises de travaux publics, les collectivités territoriales et organismes de formation pour construire un « futur exemplaire » selon le terme de Christophe Ribette, le nouveau président d’ECORSE TP. Au-delà du changement d’identité, ce lieu de collaboration et de partage de l’intelligence collective, souhaite contribuer à accélérer la transition économique et écologique des entreprises de travaux publics de la région Bourgogne Franche-Comté.

Créer, inventer, innover

L’objectif du réseau « ECORSE TP » est de fédérer les énergies au service de la recherche, de la performance et de l’innovation pour participer au « monde de demain », soucieux du développement économique et de la création de richesses et plus respectueux de l’environnement. Les entreprises de travaux publics de cinq régions s’impliquent dans cette démarche : Nantes, Lyon, Paris, Bordeaux et donc Besançon.

Ne pas opposer mais concilier !

Le lancement d’Ecorse TP le 13 juillet à Besançon, était l’occasion de la première sortie officielle de Stéphanie Modde, nouvelle vice-présidente de la région Bourgogne Franche-Comté. C’était bien la démonstration pour Vincent Martin le président de la fédération régionale des Travaux Publics de concilier plutôt que d’opposer. « Pendant cette année difficile, nous avons démontré l’utilité de notre profession pour la nation ». Le patron régional a encore souligné le poids économique et social d’une filière qui emploie 11 000 salariés pour 1 100 entreprises en Bourgogne Franche-Comté. C’était l’occasion pour la vice-présidente de la région de rappeler le poids important de la commande publique dans le secteur des travaux publics. « 70% de l’activité est financé par l’Etat, les collectivités territoriales et les Etablissements publics ».

« Nous avons le savoir-faire mais on ne le fait pas assez savoir »
Symbole du « verdissement » de la filière des Travaux Publics, Vincent Martin Président de la fédération régionale des Travaux Publics et Christophe Ribette Président d’ECORSE TP ont planté un érable en compagnie de Stéphanie Modde la vice- présidente de la région Bourgogne Franche-Comté ©YQ

Vincent Martin est revenu sur l’origine de la nouvelle identité du réseau public-privé. Si le terme « cluster » avait pris une connotation négative depuis un an, les professionnels souhaitaient surtout démontrer le rôle économique, écologique « ECO », social et environnemental « RSE » (pour Responsabilité Sociale et Environnementale). La « route du futur » répondra à la fois à la demande croissante de toutes les mobilités et aux exigences de protection de la nature et plus globalement de l’environnement. C’est tout le sens par exemple de l’évolution des matériaux de construction des routes pour permettre des chaussées « auto-dégivrantes » qui garantissent une meilleure sécurité routière tout en évitant de déverser des tonnes de sel polluant les sols. Les travaux d’assainissement et de distribution d’eau potable répondent aux mêmes exigences (garantie de la qualité de l’eau et réseau de grande qualité). La filière des Travaux Publics est depuis longtemps attachée à l’économie circulaire, au réemploi et au recyclage des matériaux (enrobés, béton…) dans une logique écologique bien entendu sans oublier la rentabilité économique, facteur essentiel du développement des entreprises et des emplois. Enfin, souligne Vincent Martin « nos métiers sont un moyen essentiel de l’attractivité des territoires. ECORSE TP est un outil de communication des bonnes pratiques de nos entreprises. Il illustre clairement le « verdissement » de la filière ».

Yves Quemeneur