un budget 2021 incertain

185

Examiné le 14 et 15 décembre par le Conseil départemental du Doubs, le budget primitif 2021, marqué par un contexte d’incertitudes lié à la crise sanitaire et économique, se veut «robuste et solidaire» selon les mots de la Présidente Christine Bouquin.

20 millions d’euros dans un plan de relance qui n’est pas terminé

Les premières victimes de la crise sanitaire auront bénéficié des fonds départementaux dans un cadre pourtant contraint : jeunes, personnes âgées, associations, entreprises. Ce plan d’urgence de 20 millions a été dépensé pour tenter de répondre de façon exceptionnelle à cette crise extraordinaire. Pour la majorité départementale, c’est la gestion rigoureuse depuis cinq ans qui a permis de dégager des marges de manœuvre garantissant un haut niveau d’intervention au bénéfice des habitants du Doubs.

Budget 2021 : 586,8 millions d’euros

En hausse de 1,7% par rapport au budget primitif 2020, il se répartit entre des investissements qui demeurent à un niveau élevé malgré la crise, à hauteur de 105,1 millions d’euros et 481,7 millions pour ce qui concerne le fonctionnement dont la majorité des dépenses est ciblée vers les solidarités humaines (RSA en particulier).

Recours à l’emprunt

Des recettes fiscales amputées de 2%, et des dépenses (en particulier sociales) en hausse, il n’en fallait pas plus à Philippe Gonon vice-président en charge des finances pour expliquer la baisse importante de l’épargne brute de la collectivité qui passe de 52 millions à 31 millions, obligeant le département à un recours important à l’emprunt qui augmente de 48% à plus de 56 millions. Philippe Gonon précise toutefois que la capacité de désendettement reste maîtrisée bien qu’elle passe de 4,4 années à près de 8 ans.

302,2 millions pour les solidarités humaines

Premier budget des solidarités, la charge des dépenses d’insertion augmente de plus de 11%. 83 millions d’euros (sur 88,9 millions) sont imputés au seul titre des allocations de RSA. Basée sur une hypothèse de reprise de la croissance en 2021, l’estimation pourrait être revue à la hausse si la situation économique devait à nouveau se dégrader.

Si le budget de l’autonomie semble se stabiliser pour des raisons démographiques essentiellement, l’accompagnement des personnes âgées et handicapées représente un poste de 143 millions d’euros pour 2021. Ce budget concerne principalement l’hébergement des personnes âgées (EPHAD) et les prestations individuelles de solidarité comme l’allocation personnalisée d’autonomie (APA) à hauteur de 54,8 millions.

Les actions en faveur des jeunes enfants et de leurs familles représentent un budget de 63,2 millions en 2021, en particulier par l’augmentation du nombre de places d’accueil dans le département pour répondre aux besoins de placement et le renforcement des actions de prévention pour une meilleure protection de l’enfance.

5,7 millions viennent en soutien à l’habitat et au logement et 1,4 millions au développement social.

85,9 millions pour la dynamique territoriale

Soutenir le développement des territoires (9,1 M€) ou continuer le déploiement du numérique sur tout le territoire, entretenir et construire les routes départementales (34 M€) ou encore consacrer 27,4 M€ au service départemental d’incendie et de secours, la dynamique territoriale préserve l’environnement et l’économie. Le département intervient également en faveur du tourisme, notamment en « inventant » la station 4 saisons de Métabief-Mont d’Or. Ce sont 3,5 M€ qui sont consacrés au tourisme. Accompagner le territoire, c’est aussi assurer le transport des élèves en situation de handicap (2,9 M€).

52,1 millions pour le développement humain

En 2021, le département du Doubs consacrera 35,2 millions d’euros à la modernisation et au fonctionnement des collèges, 8 millions à la promotion de la lecture et la préservation du patrimoine, tout en assurant la culture sur tout le territoire (6,1 M€) et le sport (2,8 M€).

119,9 millions pour les ressources internes

Le poste des salaires et charges des agents de la collectivité est la principale dépense à 95,5 millions d’Euros, en hausse de 1,8%. Le remboursement des intérêts de la dette s’élève, quant à lui, à 6,2 millions d’euros prévus pour 2021.

Logiquement, à 6 mois des élections départementales (prévues en juin 2021), pour l’opposition, le compte n’y est pas ! Martine Voidey parle de la hausse de la pauvreté, de la précarité étudiante et de l’isolement des plus démunis. Elle constate aussi une baisse des aides humaines, en particulier du nombre de bénéficiaires de l’APA. «Il y a un défaut de pilotage, la manière actuelle de fonctionner ne garantit pas suffisamment l’efficience des politiques publiques de la collectivité». Les conseillers départementaux d’opposition demandent que le développement durable soit une priorité essentielle du département. Pourtant, ils auront voté contre le rapport 2020 en faisant état.

Peu de suspense au bout des nombreux rapports étudiés pendant ces deux jours d’une session marathon. Le budget primitif sera voté par la majorité, refusé par l’opposition. On peut toutefois estimer que la politique de désendettement entreprise par le Département depuis cinq ans, aura permis de traverser la crise sanitaire et économique plus sereinement tout en maintenant un haut niveau d’investissement. ■

Propos recueillis par Yves Quemeneur