Un chef d’entreprise sur deux est inquiet en Bourgogne Franche-Comté

La crise sanitaire et économique est jugée déstabilisante pour 53% des dirigeants d’entreprises dans la région.

178

La crise sanitaire et économique est jugée déstabilisante pour 53% des dirigeants d’entreprises dans la région.

Malgré un taux de croissance revu à la hausse à 6,5% pour l’année 2021 et la confirmation de la bonne tenue de l’économie au 3ème trimestre (+ 3% / trimestre précédent), les entrepreneurs francs-comtois demeurent inquiets sur leur avenir à la fois personnel et professionnel.

Un baromètre sur l’état d’esprit des dirigeants d’entreprise depuis 7 ans

La Fondation d’entreprise « MMA des Entrepreneurs du Futur » interroge les chefs d’entreprise  depuis sept ans sur leur état d’esprit et leur forme physique. En 2021, elle a confié à OpinionWay une enquête réalisée par téléphone auprès de 1 502 chefs d’entreprise (TPE/PME/ETI).

La crise sanitaire et économique a profondément modifié les comportements des entrepreneurs. L’enquête dresse le portrait de femmes et d’hommes combatifs qui abordent la relance économique moins inquiets qu’en 2020 « davantage ressourcés auprès de leur entourage ». Les dirigeants souhaitent, dans leur majorité, pérenniser les nouvelles pratiques aussi bien au plan personnel que professionnel.

Des entrepreneurs combatifs

La précédente enquête réalisée en 2020 à la sortie du premier confinement, faisait apparaître des dirigeants malgré tout confiants pour l’avenir de leur entreprise. « Il était intéressant, en période de forte reprise économique, de reprendre le pouls de ces dirigeants » souligne Patrick Miliotis, délégué général de la Fondation MMA des entrepreneurs du Futur.

La perception de la crise et les sources d’inquiétudes sont très différentes selon les secteurs d’activité et les territoires. Le soutien ou non de l’entourage (familiale mais également collaborateurs, clients et fournisseurs) impacte fortement la santé mentale des dirigeants d’entreprises. Pour MMA, assureur important du monde de l’entreprise, l’une des missions est de les accompagner à trouver un équilibre quotidien dans une période difficile.

A l’heure de la relance économique, les chefs d’entreprise affichent un très fort sentiment de combattivité (89%) et une volonté affirmée d’investissement (88%). Dans tous les secteurs d’activité, ils sont moins inquiets qu’en 2020 (39% pour 44% en juin 2020). Seuls les agriculteurs demeurent soucieux de leur avenir. Ils sont un sur deux à craindre pour leur avenir personnel et professionnel, et 24% d’entre eux s’estiment « très inquiets ».

Les entrepreneurs francs-comtois sont globalement plus inquiets que dans les autres territoires. Terre agricole et industriel, les perspectives en matière de transition écologique (quel avenir pour la filière automobile) et de protection de la biodiversité et des ressources en eau (impact sur l’élevage et la production fromagère) ne les rendent pas particulièrement optimistes. Comme le soulignait David Djaïz dans sa conférence à l’Open Business du 19 octobre, le territoire franc-comtois tire sa richesse d’une activité économique diffuse sur l’ensemble de la région, un atout pour les territoires ruraux et les petites métropoles. C’est aussi un handicap pour attirer de nouvelles entreprises et de nouveaux talents.

Alors que les entreprises implantées dans la région des Pays de Loire sont faiblement inquiètes de leur avenir (21%), elles sont 53% en Bourgogne Franche-Comté. Au plan national, l’inquiétude se ressent sur la difficulté à embaucher de nouveaux collaborateurs pour 42% des entreprises (et jusqu’à 56% dans le monde agricole) et de façon probablement plus conjoncturelle sur les difficultés d’approvisionnement en matières premières dans 41% des établissements (c’est un souci particulièrement important dans l’industrie et le BTP).

Les entrepreneurs de notre région ont plus de mal à se projeter dans l’organisation des priorités pour l’avenir et doutent de leur capacité de décision (Est-ce lié à une politique économique « fouillis » menée par la Région et les collectivités territoriales ?). Alors que cette inquiétude transparaît dans 22% des entreprises au plan national, elles sont 35% à s’en soucier en Bourgogne Franche-Comté.

La crise, une opportunité pour repenser son activité

La crise sanitaire été perçue comme déstabilisante (68%) et fragilisante (56%) par une majorité de dirigeants français. Déstabilisante pour 80% des dirigeants dans le secteur du service aux particuliers, la crise a été perçue transformatrice pour 70% des entrepreneurs du secteur de la santé. Globalement, elle a incité les entreprises à identifier de nouveaux relais de croissance : diversifier leurs services pour 29% d’entre elles et rationaliser les coûts dans 38% des cas.

La Fondation MMA s’est attachée à connaître l’état d’esprit des dirigeants d’entreprise dans l’équilibre vie professionnelle/vie personnelle. Ceux qui ont été le plus impactés par les arrêts d’activité en 2020, visent à pérenniser les habitudes prises durant les confinements. Deux tiers des dirigeants indiquent avoir mis en place de nouvelles pratiques et de nouvelles habitudes pour prendre soin d’eux.

Les chefs d’entreprise veulent désormais profiter plus de leur famille et de leurs proches (75%, en hausse de 13 points par rapport à 2020) et 98% ont bien l’intention de préserver ces nouvelles habitudes. Par exemple, plus d’un dirigeant sur deux a démarré une activité sportive et souhaite la poursuivre.

Débordés et stressés par leur travail

Les chefs d’entreprise sont dans une meilleure forme psychologique qu’en 2020 (80% soit 9 points de plus que l’année dernière) et meilleure forme physique (4 dirigeants sur 10 n’ont pas de soucis de santé majeurs).

La forte reprise d’activité se traduit par des charges de travail et de stress plus importantes qu’en 2020. 56% des entrepreneurs se disent débordés et un dirigeant sur deux plus stressé. Pourtant, ils estiment très majoritairement être soutenus par leurs proches (87%). L’engagement des collaborateurs et le soutien des clients sont essentiels, en particulier chez les commerçants, pour soutenir leur moral.

Les confinements, la crise sanitaire et économique, ont affecté plus durement les grandes métropoles. La qualité de vie, l’activité économique de proximité des territoires dits périphériques ont permis de mettre en avant les atouts de la France. C’est particulièrement vrai en Franche-Comté.

Yves Quemeneur

 

Méthodologie :

Étude réalisée par l’institut OpinionWay pour la Fondation MMA des Entrepreneurs du Futur auprès d’un échantillon de 1502 chefs d’entreprise, directeurs, gérants ou membres de CODIR/COMEX de TPE, PME et ETI (1 à 4999 salariés). L’échantillon a été interrogé du 30 août au 22 septembre 2021 par téléphone. La représentativité de l’échantillon est assurée par un redressement sur les critères de taille d’entreprise et de secteur d’activité, après stratification par région de résidence.