Un monument chargé d’histoire(s)

555
Il a fallu 80 ans pour que le projet de monument aboutisse...

Au sortir de la guerre 14-18, l’Etat a incité les communes à ériger un monument en hommage aux morts pour la France. Mais à Goumois, tout ne s’est pas passé comme prévu…

Dans ce petit village paisible à la frontière entre France et Suisse, des hommes sont tombés au champ d’honneur et il était donc légitime de leur rendre hommage en érigeant comme partout ailleurs un monument. Mais tout n’a pas été simple dans les villages quand il a fallu décider…

Un grave problème s’est en effet posé ici. Une fronde même, menée par Monsieur le Curé en personne, ancien poilu en l’occurrence. Parmi les sept morts pour la France, l’un avait en effet à ses yeux un défaut rédhibitoire, celui d’être « rouge » et d’être étiqueté non-croyant proche de la franc-maçonnerie !

Faute de trouver un compromis avec les autorités républicaines, le projet de monument sera purement et simplement abandonné. Seule une veuve de l’un des soldats défunts fera apposer une plaque à l’église avec quatre noms uniquement, ceux des bons chrétiens !

Il faudra attendre 2001 pour voir enfin Goumois se doter d’un monument aux morts rendant hommage à tous les hommes du village tombés lors de la première guerre mondiale. Le jour de l’inauguration, les membres de la famille du septième homme, celui qui fût bien malgré lui un obstacle, sont eux-aussi venus pour rendre hommage à leur aïeul et constater qu’il aura fallu attendre 80 ans pour que la commune ait un lieu pour les commémorations patriotiques.