Un nouveau directeur pour la Citadelle de Besançon

458
La Citadelle de Besançon a un nouveau patron

L’un des joyaux de l’architecture de Vauban, inscrite depuis dix ans au patrimoine mondial de l’UNESCO, accueillera le 18 janvier 2021 Alexandre Arnodo en remplacement de Valérie Guy.

La Citadelle avait fait l’objet de joutes électorales intenses entre les partisans d’un téléphérique la reliant au centre-ville, le projet « Port Citadelle » porté par Ludovic Fagaut et l’avenir du parc zoologique.

Valérie Guy sera restée trois petites années à la tête de la “Citadelle de Besançon, née pour défendre et protéger” où elle a œuvré pour maintenir une harmonie entre les trois musées (le musée de la résistance et de la déportation, le musée comtois et le muséum). Le challenge n’était pas simple dans un lieu qui accueille 280 000 visiteurs par an, bien loin du potentiel de ce site majeur de Vauban. Le départ de Valérie Guy “en catimini” a fait observer Ludovic Fagaut en apprenant la nouvelle “ressemble à une exfiltration d’un commun accord pour ne pas faire de vague au regard de l’idéologie irresponsable…” Le chef de file de l’opposition bisontine “regrette le manque d’ambition pour notre citadelle et pour l’attractivité touristique de Besançon”.

Qui est Alexandre Arnodo 
Alexandre Arnodo prendra ses fonctions à la tête de la Citadelle de Besançon le 18 janvier 2021

Le lorrain de 42 ans est né à Forbach et a fait ses études à Nancy. Titulaire d’un DEA de Droit communautaire, il est arrivé à Besançon en 2005 pour rejoindre le service juridique de la Ville. Il travaille au pôle culture et patrimoine depuis 2010 et il occupe actuellement le poste stratégique de secrétaire général et directeur adjoint de ce pôle essentiel pour l’attractivité de Besançon. A ce titre, il connaît tous les acteurs culturels de la métropole et a participé à la mise en régie de la Citadelle, au projet de rénovation du Musée de la Résistance et de la Déportation (fermé pendant deux ans pour d’importants travaux). Il a également apporté sa contribution sur l’avenir du parc zoologique. Certains collègues du Cabinet de l’ancien maire ne tarissent pas d’éloges “aimable, compétent, ambitieux pour sa ville, qui a des projets”

Dans un communiqué, la Mairie précise : “Alexandre Arnodo aura donc le défi de faire vivre et d’ouvrir sur la Ville le monument classé au patrimoine mondial de l’UNESCO, lieu unique dans son ensemble et multiple dans sa composition où se croisent des enjeux touristiques, culturels et environnementaux majeurs pour notre territoire”.

Une fois n’est pas coutume. L’opposition municipale, tout en regrettant un recrutement sans que les élus en soient informés souligne “La nomination de Monsieur Arnodo est une chose intéressante, il a une expertise et connaît bien les enjeux territoriaux économiques, touristiques et culturels pour notre patrimoine et notre ville”. Ce qui n’empêche pas Ludovic Fagaut d’envoyer une pique à l’exécutif actuel : “On peut se poser la question de cette demande de mobilité interne. S’agit-il pour le nouveau directeur d’une ambition dans son évolution professionnelle…ou la volonté de quitter les orientations à la culture qui ont l’air de se décider…ou ne pas se décider”.

Dans le combat acharné des villes pour attirer de nouveaux habitants, de nouvelles entreprises, Besançon possède des atouts. La Citadelle et le patrimoine bâti de Besançon en font partie. L’essor de la Citadelle et son rayonnement doit faire partie de la stratégie globale d’attractivité du territoire.

Yves Quemeneur