Un nouveau mammographe haute précision pour le CHU Jean Minjoz

189
Octobre rose à Besançon coïncide avec l'arrivée d'un nouveau mammographe 3D qui va améliorer la prise en charge des patientes

Dans quelques jours débute “Octobre rose” la campagne nationale de sensibilisation au dépistage du cancer du sein.

C’est aussi le moment pour le CHU de Besançon de s’être doté d’un tout nouveau mammographe 3D de dernière génération qui offre une précision de diagnostic inégalée et un examen plus confortable pour les patientes.

Mieux diagnostiquer le cancer du sein

Le confort de l’examen est un atout dans le développement du diagnostic, en prenant en compte les appréhensions des patientes. Ce nouvel équipement, développé et fabriqué en France (la localisation industrielle n’est donc pas un vain mot !), répond aux objectifs de sénologie du centre hospitalier universitaire de Besançon. Les spécificités de l’appareil modifient considérablement le déroulement d’une mammographie standard, offrant des innovations majeures pour le bien-être des patientes.

le nouveau mammographe 3D vient apaiser le dépistage et le diagnostic des cancers du sein au CHU Jean Minjoz

Grâce à une technologie d’auto-compression, la patiente est actrice de son examen à l’aide d’une télécommande. L’ergonomie de l’appareil améliore le positionnement des patientes tout en réduisant l’anxiété. Les habituelles poignées sont remplacées par des repose-mains pour éviter la contraction des muscles pectoraux et obtenir ainsi une meilleure image. Enfin, un système de macrobiopsie robotisé facilite l’examen au bénéfice du confort de la patiente.

Le nouveau mammographe 3D est associé à une plateforme d’intelligence artificielle qui vient en appui du radiologue pour la lecture et l’interprétation des examens. Les lésions malignes (masses, distorsions et calcifications) sont analysées avec une précision inégalée.

Améliorer le taux de détection d’un cancer du sein, réduire les faux positifs et les rappels inutiles auprès des patientes, améliorer le temps de lecture des clichés : autant d’avantages pour offrir aux femmes un diagnostic plus apaisé.

En 2019, le CHU Jean Minjoz de Besançon a pratiqué plus de 2 000 actes de mammographie. Le nouvel équipement va permettre la prise en charge de plus de patientes. L’établissement universitaire de Besançon est un acteur de référence dans toute la région pour le dépistage et le diagnostic du cancer du sein.

Une preuve de plus du caractère innovant et de recherche du CHU de Besançon. Le développement des outils d’analyse et de diagnostic faisant appel à l’intelligence artificielle vont imposer, qu’on le veuille ou non, la diffusion dans les années à venir de la technologie 5G. Sinon, à quoi serviraient ces innovations médicales de pointe ?

Yves Quemeneur