Un sentier découverte des murs en pierre sèche

131
Les chantiers écoles permettent de perpétuer ce savoir-faire ancestral.

Devenus rares, les murs en pierres sèches s deviennent des éléments à part entière du patrimoine rural. Un sentier découverte leur sera bientôt consacré à Laval-Le-Prieuré grâce à l’association Murs et murgers et à la communauté de communes du plateau du Russey.

“Ces constructions ancestrales ont fait les frais de la mécanisation de l’agriculture qui aujourd’hui fait appel à des machines de plus en plus imposantes pour lesquelles ces murs sont des obstacles” déplorent les bénévoles de l’association présidée par Mairie-Jo Vermot, une amoureuse de la campagne franc-comtoise qui se bat pour ne pas voir disparaître ces cordons qui sillonnaient autrefois les pâtures du Haut-Doubs. Ces murs matérialisaient autrefois les limites cadastrales, une utilité administrative donc, à laquelle s’ajoutait un intérêt écologique. Ils ont en effet un rôle important sur la biodiversité avec par exemple un rôle de limitation de la prolifération des campagnols évitant ainsi la nécessité de traiter chimiquement.

Depuis des mois à Laval-le-Prieuré, les bénévoles de l’association travaillent sous forme de chantiers-écoles où entraide et transmission des connaissances sont essentiels. C’est d’ailleurs une bonne solution pour les personnes qui souhaitent en réaliser un ou réhabiliter un chez eux… Donner un peu de temps ici pour ensuite savoir s’y prendre et réaliser leur propre projet. Dans ce village des bords du Dessoubre où le chemin en pierre avec ses murs de soutènement date sans doute du Moyen-äge naitra à l’automne prochain un sentier découverte entièrement dédié aux murs en pierre sèche. Des panneaux explicatifs renseigneront à la fois sur la partie technique et sur la faune et la flore, sans oublier bien entendu la partie historique.

Rappelons que depuis le 28 novembre 2018, l’UNESCO a inscrit l’art, le savoir-faire et la technique de construction en pierre sèche sur la liste du patrimoine culturel immatériel de l’UNESCO. La pierre sèche est en effet une technique constructive millénaire, présente sur tous les continents comme une réponse pertinente au développement économique local à travers l’aménagement de terrasses agricoles, de dispositifs hydrauliques, de soutènements de berges et de routes et même d’ouvrages d’art. Toutes ces constructions contribuent à façonner des paysages remarquables, comme à Laval-le-Prieuré.