Une bonne nouvelle pour les pontissaliens !

65
Le dernier conseil municipal a annoncé la reprise du cabinet éphémère en cabinet relais.

Lors du dernier conseil municipal de Pontarlier qui s’est tenu lundi 4 novembre dernier, les nouvelles, plus ou moins bonnes, se sont succédé jusqu’à la dernière annonce qui devrait rassurer de nombreux résidents.

Un long chapitre a été abordé lors de ce conseil : celui de l’exonération de la taxe d’habitation, mesure phare de notre gouvernement actuel et des conséquences financières impactées sur la commune. Pour rappel, la loi actuelle propose une exonération totale de la taxe d’habitation pour 80% des foyers d’ici 2020 et pour les 20% restant d’ici 2023. Les communes continueront à percevoir les taxes d’habitation en 2020 mais dès 2021, ce produit sera perçu par l’État. A la place, les communes percevront une part départementale de la taxe foncière sur les propriétés bâties.

Mais la nouvelle qu’attendaient les pontissaliens, c’est le sort réservé au cabinet médical éphémère de la ville, mis en place en octobre 2017. C’était une première en France, un travail mené collectivement avec l’ARS, la CPAM, l’URPS Médecin Libéral en Bourgogne Franche-Comté et le Conseil départemental de l’Ordre des médecins du Doubs. L’accord mis en place avec ces partenaires courait jusqu’à l’ouverture de la maison de santé Simone Veil à condition qu’au moins trois médecins y soient installés. C’est aujourd’hui le cas et c’est pourquoi le spectre de la fermeture du cabinet éphémère planait sur ce dernier. Une décision que bon nombre de haut-doubistes rejetaient, allant même jusqu’à créer une pétition contre cette fermeture. Une pétition qui a tout de même récolté plus de 500 signatures. « Lorsque mon médecin est absent, je vais chez eux car ils sont toujours disponibles », souligne une signataire. Un autre témoigne de l’importance de la structure, notamment en cas d’absence de son propre médecin traitant et de l’impossibilité pour les autres cabinets de le recevoir, faute de place. Beaucoup admettent que ce cabinet éphémère était la parfaite solution dans le cas d’un rendez-vous urgent, sans avoir à passer par les urgences de l’hôpital. Des messages entendus et soutenus par la municipalité qui, durant la dernière semaine d’octobre, a signé un bail définitif avec ce cabinet, le rendant ainsi pérenne et non plus éphémère. « Ce n’est pas la solution à tous les problèmes, admet Patrick Genre. Mais c’est déjà une réponse concrète apportée aux administrés, dans l’attente de développement d’autres projets. »