Une élection n’est pas une formalité administrative pour Claire Arnoux

197
Elections municipales Besançon 2020
on passe du 22 mars au 28 juin. 3 mois de confinement électoral

Deux candidates exclues du second tour, Claire Arnoux (8,29%) et Alexandra Cordier (4,57%) n’ont pas tardé à réagir à l’annonce par Edouard Philippe d’un second tour le 28 juin.

Claire Arnoux, tête de liste de la France Insoumise s’interroge sur un scrutin qui pose de réels problèmes démocratiques. “En privilégiant une campagne numérique, le premier ministre n’offre pas les conditions d’un débat large et de faire porter la parole des diverses offres politiques”. Pour Claire Arnoux, les campagnes numériques ne touchent que par cercles de proches.

“L’exécutif continue une fuite en avant suite à son « péché originel », à savoir le maintien du premier tour en pleine épidémie, alors que tous les signaux d’alarme étaient au rouge. L’abstention avait été importante le 15 mars dernier. Qu’en sera-t-il si le deuxième tour a lieu le 28 juin, quand un sondage indique que seul·es 27% des Français·es sont favorables à cette date ? Quelle sera la représentativité d’une telle élection ?”

Pour sa part, Alexandra Cordier qui était soutenue par Jean-Louis Fousseret le maire sortant, reprend à son compte le sondage indiquant que 27% des français sont favorables à cette date du 28 juin, la grande majorité souhaitant un report en septembre, voire en mars 2021.

“Pas de déconfinement pour tous, pas d’école pour tous, pas tous les musées, pas de resto, mais direction les urnes le 28 juin. Pourquoi pas, mais attention à l’abstention !” réplique Alexandra Cordier. L’ancienne référente départementale de la République en Marche insiste “il ne faudrait pas élire des maires « en carton », sans légitimité, sans majorité forte et finalement sans pouvoir”. Elle conclut par un besoin de territoires réinventés pour relancer l’économie, pas de faire du surplace pendant 6 ans.

On attend avec intérêt la position d’Anne Vignot et d’Eric Alauzet. De son côté Ludovic Fagaut avait annoncé le mercredi 20 mai vouloir un second tour le plus rapidement possible.

Yves Quemeneur