Une enquête touristique du Haut-Doubs… réalisée par ses propres habitants !

Dans le cadre de la refondation de l’office de Tourisme du Pays du Haut-Doubs, l’établissement a engagé une étude en juillet 2021 auprès de ses propres habitants… Une première, pour comprendre comment les « locaux » perçoivent leur territoire.

141
A l'intérieur de cette enquête, les habitants devaient définir ce qu'ils estiment être "leur territoire"

«Nous estimions qu’il était important d’avoir l’avis des habitants du Haut-Doubs sur leur territoire, avant d’aller chercher celui des touristes qui viennent d’ailleurs. Les personnes que l’on souhaite toucher ce sont eux, les premiers consommateurs du secteur. Ils profitent de nos infrastructures aussi. », explique Sébastien Populaire, président de l’office de Tourisme du Pays du Haut-Doubs (OTPHD). 

Morteau dans le territoire « du Haut »… mais pas Mignovillard 

L’enquête a récolté plusieurs centaines de réponses. Elle démontre que la fréquentation des habitants est partagée entre des « natifs » et d’autres personnes principalement venues s’installer « dans le Haut » pour le travail et son secteur frontalier très attractif. Mais le moins que l’on puisse dire c’est que qu’on ne le territoire lui semble bien défini. Pour 56% du panel interrogé, le secteur de Morteau et du Pays Horloger fait partie du Haut-Doubs alors qu’à l’inverse, seulement 10% des réponses considèrent que le secteur de Nozeroy, Mignovillard peut être intégré.

Sébastien Populaire, Sébastien Populaire, président de l’office de Tourisme du Pays du Haut-Doubs (OTPHD).

Des habitants très sportifs

Plus de la moitié des habitants se considèrent comme un touriste sur leur propre territoire. « Ils se rendent compte qu’ils sont loin de connaître tous les recoins du territoire. Mais ce n’est pas touriste au sens négatif du terme. C’est justement en se rendant dans nos offices du tourisme qu’ils découvrent de nouvelles activités et possibilités », poursuit Sébastien Populaire, président de l’office de Tourisme du Pays du Haut-Doubs (OTPHD). Zone très rurale et montagneuse, le sport est l’activité phare. Et pas uniquement en hiver. 84,5% des répondants pratiquent la randonnée et 79,1% le ski de fond. Derrière, suivent le VTT avec 62,3%, le ski alpin et de randonnée avec 40 % puis le trail pratiqué par 30% du panel et enfin les activités aquatiques à 22%.

 Cette étude est une première étape dans une démarche de refondation de l’Office de Tourisme. « Avant 2019, nous avions des offices structurellement séparés sur différentes communes. A partir du 1er janvier 2019, nous avons décidé de les regrouper. Des bureaux sont encore dispatcher mais administrativement, il n’y a plus qu’un président, une seule association etc. Nous pensons que cette fusion est pertinente pour l’unité touristique. Il faut aussi se poser la question de « Comment décrit-on notre territoire, comment le vendre ? », c’est grâce à ce genre de réponses que nous pouvons ensuite établir une stratégie marketing. C’est une première marche, avant d’en refaire potentiellement d’autres. C’est aussi un moyen de booster l’ensemble du territoire au delà de notre périmètre. Le tourisme lambda ne fait pas la différence entre Morteau et Métabief et nous devons être l’intermédiaire pour lui donner accès à toutes les propositions possibles. »

Un accueil mobile pour faire la promotion du territoire

«  Les modes de consommations ne sont plus les mêmes y compris pour nous en tant qu’acteur du Tourisme. Il y a 20 ans, la première que chacun faisait était de se rendre dans un office. Aujourd’hui les sites internet doivent être correctement développés, mais nous devons aussi aller à la rencontre des touristes et habitants », assure Sébastien Populaire. En ce sens, l’OTPHD s’est lancé dans l’achat d’un camion pour créer un accueil mobile pour faire la promotion du territoire. En allant d’abord sur les gros événements locaux puis lorsque la saison est plus calme, en allant sa balader dans toute la région pour se présenter au public. L’accueil mobile devrait être sur les routes du territoire dès l’été 2022.

Martin SAUSSARD