Une fréquentation hôtelière en baisse

63
La fréquentation hôtelière enregistre une légère baisse en ce premier trimestre 2019.

L’INSEE vient de faire paraître les chiffres concernant la conjoncture hôtelière et ils révèlent une baisse significative.

Ce premier trimestre 2019 n’a pas été folichon pour les hôtels de la région Bourgogne-Franche-Comté. En effet, les chiffres avancés dénoncent une chute de 2,7% de la fréquentation, tout classement confondu, par rapport à la même période de l’année précédente. Les nuitées des visiteurs étrangers sont particulièrement en chute libre, avec un triste score de -7,7%. Les touristes français ont, quant à eux, régressé de 1,3%, plus modérément que les trimestres précédents.
Comparativement, en France métropolitaine, la décroissance affichée est de 1,3% et concerne 5 régions sur 13, la Bourgogne-Franche-Comté se classant à la troisième position, derrière l’Île-de-France et le Centre Val de Loire.
Concernant la clientèle étrangère, les plus nombreux à venir sont les Chinois, les Belges et les Britanniques. Leur fréquentation a toutefois chuté de 9% ! Quant aux Italiens, bien que leur taux de fréquentation ne soit pas très important, il reste stable et enregistre un niveau record sur les cinq dernières années.
D’un point de vue régional, ce sont surtout les départements de la Côte d’Or, de la Saône-et-Loire, du Jura et de l’Yonne qui subissent cette baisse. Le Doubs, la Haute-Saône et le Territoire de Belfort enregistrent une très légère hausse. Pour le Doubs, ce sont les nuitées françaises qui permettent de compenser la perte due aux nuitées étrangères.
Pour conclure, en ce premier trimestre 2019, le taux d’occupation des hôtels s’établit à 46%. Il décroît légèrement en hôtellerie classée, quel que soit le niveau de confort. A l’inverse, il progresse en hôtellerie non classée même si ces établissement enregistrent des taux d’occupation bien inférieur par rapport aux hôtels classés. En moyenne, quel que soit l’hôtel, le nombre de personnes occupant les chambres est inférieur à 2, tout comme le nombre de nuitées généralement enregistrées.