Haut-Doubs. Val de Morteau. Au creux de la nature

116
Chantal et Camille Raguin signent un nouvel ouvrage à quatre mains.

Chantal et Camille Raguin reprennent la plume pour un nouvel ouvrage rassemblant plusieurs nouvelles où le Val de Morteau et le Pays Horloger ne sont pas oubliés.

Elle a été professeur de mathématiques au lycée agricole de Levier. Lui était responsable au crédit agricole. Tous deux attachés au Haut-Doubs et désireux de partager leur vision suite à un déclic : « C’est le décès de ma maman en 2000 qui m’a poussée vers l’écriture. J’ai eu envie de raconter son parcours atypique » explique Chantal Raguin. Une maman célibataire qui, après la seconde guerre mondiale, va devoir élever sa fille à Grand Combe Châteleu à la ferme des Essarts. Ce livre, « Les 4 bicyclettes de Léonie », récompensé du prix du livre comtois 2008 n’a pas été le seul puisque le couple a écrit ensemble « Les bouvreuils de la roseraie » où le lecteur suivra la vie d’une jeune agricultrice du Haut Doubs et la vie sentimentale de sa fille partie en Camargue. Cette dernière reviendra et les bouvreuils l’ont attendue….. A chaque fois, on retrouve les paysages et traditions des montagnes du Haut-Doubs avec des histoires humaines captivantes. Les sentiments sont d’ailleurs très présents aussi dans « Rose tendresse », sorti suite à la naissance de leur première petite-fille. « Chaque grand-parent peut se retrouver dans ces pages » expliquent-ils pour résumer cette ode aux rôles si particulier que jouent papys et mamies dans la vie de leurs petits-enfants.

Dernier né de l’imagination fertile de Chantal et Camille Raguin « Au creux de la nature » marque un changement de style avec 14 nouvelles rendant un vibrant hommage à la nature, qu’il s’agisse de son incontestable beauté, de sa toute-puissance ou de sa fragilité, de ses secrets ou même de sa cruauté. Ce sont ses mille et un mystères qui donnent à ces anecdotes un ton original, à la fois insolite, délicat et sensible. Légendes et authenticité mêlées font de ces petites histoires comme des clins d’œil, des sourires mais aussi des larmes, car les auteurs nous rappellent combien la condition humaine indissociable à celle de la nature, est liée au temps qui passe sans jamais balayer le passé.

On retiendra notamment la savoureuse histoire intitulée « le viager » qui comme son nom l’indique évoque la mésaventure d’une acheteuse qui va bien malgré elle mettre en danger la vie du vendeur en l’empoisonnant avec des sureaux…

Pour se procurer le livre contacter les auteurs par mail : camchali0209@orange.fr