Haut-Doubs. Val de Morteau. La vie des montagnons avant 14

149
Le village a bien grandi en un siècle et demi.

Henri Leiser et ses co-auteurs ont recherché tous les souvenirs concernant la vie à Grand’Combe-Châteleu durant une troisième république qui allait se fracasser contre le conflit mondial de 1914. 

Le recueil tiré de ce long travail vient d’être édité par l’association le Folklore Comtois et comprend plusieurs parties. « La première évoque le déroulement de la vie des habitants depuis leur berceau jusqu’à leurs derniers jours ». Naissance, baptême, mariage, décès, ces étapes sont vécues à la fois dans l’intimité du foyer mais aussi dans des moments de partage avec la communauté villageoise. Dans le Haut-Doubs, en 1900, la vie des habitants est intimement liée à la religion catholique romaine. Les fêtes et les traditions de ce culte sont respectées par la grande majorité des villageois. « Cette pratique religieuse marque tous les grands instants de leur existence, depuis leur naissance jusqu’à leurs derniers jours. Dans la vie ordinaire, les offices religieux sont toujours des moments de rencontres et d’échanges entre les paroissiens, que ce soit pendant leur déroulement ou sur la porte de l’église ».

Dans un second temps, les auteurs évoquent les travaux et les occupations « rythmées par les contraintes agricoles et industrieuses des quatre saisons ». La construction de la voie ferrée de Besançon au Locle bouleverse la manière de vivre du Val de Morteau. « Depuis 1884, les habitants ont enfin accès au charbon de terre pour le chauffage et l’industrie. De lourdes machines sont installées dans de vastes usines éclairées grâce à l’électricité produite par des machines à vapeur internes ». Par ailleurs, l’industrialisation de l’horlogerie se développe dans les gros bourgs, procurant ainsi du travail pour toute une population issue du monde agricole local. Dans cette même période, l’agriculture subit aussi une évolution importante avec notamment les progrès de la mécanisation. Un autre monde se prépare avec l’arrivée de la Grande Guerre qui sera un tournant à bien des égards.

Enfin, la dernière partie du livre traite des noms de lieux-dits de Grand’Combe-Châteleu et de leurs origines. Un ouvrage qui sans aucun doute fera longtemps référence pour les habitants présents et à venir de ce village.