Valdahon. Doubs. Consolider les filières locales

268
L'agriculture française dans son ensemble entend profiter du moment pour être reconnue et soutenue.

S’il est une leçon à retenir de la période inédite de ces dernières semaines, c’est le retour en grâce de la consommation de proximité. Une situation que la Confédération Paysanne espère consolider.

« Bâtir des filières locales équitables », tel est le souhait exprimé par le syndicat agricole après ce printemps de crise sanitaire qui a révélé l’intérêt réel de la population pour des denrées alimentaires locales. Les nouveaux modèles de distribution tout comme la vente directe ont connu un certain succès mais la grande distribution a elle aussi tiré son épingle du jeu grâce à ces produits. Plusieurs enseignes en ont profité pour communiquer largement sur le sujet.

« Nous demandons que ces pratiques se multiplient et puissent également mettre en avant des produits sous signe de qualité. Cependant la solidarité sur l’écoulement des volumes ne suffit plus, nous attendons de la distribution plus de responsabilité également en matière de transparence sur les prix d’achats et de vente et également sur une répartition des marges plus équitable entre tous les acteurs des filières » insistent les représentants de la Confédération Paysanne. « Notre travail est aujourd’hui reconnu d’utilité publique, il doit donc être valorisé comme tel ». Ils en appellent donc aux pouvoirs publics pour prendre des mesures fortes et permettre une juste rémunération du travail des agriculteurs : « plus une vente ne doit se faire en dessous nos coûts de production ».

La réorganisation des filières, initialement imaginée lors des Etats Généraux de l’Alimentation doit donc se concrétiser avec une meilleure rémunération des paysans et une amélioration de leurs conditions de travail. « Relocalisation et rémunération équitable du travail doivent guider nos actes face aux enjeux actuels et à venir ».