Haut-Doubs. Valdahon. Pas de crise de foi

248
Les rassemblements font partie intégrante de la pratique du culte catholique.

La vie religieuse a elle aussi été impactée par la crise sanitaire. Annulations, reports et nouvelles pratiques ont jalonné cette période particulière sur laquelle revient le Père Jean-François Francisco.

« Se rassembler et vivre sa foi avec la communauté est important pour les chrétiens. C’est pour nous une véritable famille et donc la période que nous venons de traverser a été marquante puisque nous ne pouvions plus nous retrouver » explique Jean-François Francisco, prêtre en charge du doyenné des plateaux du Doubs, un vaste secteur passant par Valdahon, Orchamps-Vennes, Pierrefontaine-les-Varans, Belleherbe et Sancey.

Ces dernières semaines, le Père Francisco n’a certes pas pu accueillir les fidèles pour les offices habituels mais il a continué chaque jour à célébrer une messe, seul. L’église est quant à elle toujours restée ouverte : « Des fidèles sont venus y prier durant leur sortie autorisée à proximité de chez eux ». Il a également officié lors des obsèques, des moments d’autant plus douloureux que plus de la moitié en mars et avril étaient liés au coronavirus : « Les familles n’ont donc pas pu revoir leurs défunts qui ont été rapidement mis en bière et on ne pouvait accueillir plus de 20 personnes lors des offices religieux. Il a donc fallu prendre encore plus de temps pour les accompagner et leur témoigner encore plus d’attention ». Il espère prochainement pouvoir organiser une célébration à la mémoire des ces personnes avec une assistance plus large et donc un réconfort bienvenu pour les familles endeuillées. Pour les mariages, tout a bien entendu été reporté « pour certains à l’automne et pour d’autre l’année prochaine…mais quelques couples attendent encore dans l’espoir de le maintenir cet été » confie-t-il. « Les baptêmes vont reprendre peu à peu dès le mois de juin, par  contre les communions sont elles aussi reportées cet automne ce qui nous laissera le temps de les préparer ». Un moment important dans la vie de ces jeunes gens qui seront environ 300 à célébrer leur première communion ou leur profession de foi. Ces dernières semaines, la catéchèse a aussi pris une forme particulière, faute de pouvoir se réunir : « Nous avons garder contact par Internet ou via les réseaux sociaux et même par courrier avec certains ».

Depuis la Pentecôte, les célébrations ont pu reprendre, en respectant une signalétique au sein de l’église et les règles de distanciation, mais aussi avec port du masque obligatoire : « toutefois, si le prêtre est à plus de 2 m des fidèles il peut s’abstenir du masque. Mais il devra le porter lors de la distribution de la communion » souligne Jean-François Francisco qui a hâte de revivre des moments de partage avec la communauté catholique des plateaux du Doubs.