Yom Kippour, Carême et Ramadan…un sacré ramdam !

211

Le Ramadan 2021 commence donc ce mardi 13 avril pour se terminer le 13 mai par la fête de l’Aïd El Fitr. Pourquoi faire tout un plat de cette période de jeûne ?

Moïse, Jésus et Mahomet ont tous les trois jeûné dans le désert

Les trois grandes religions monothéistes sont nées dans la chaleur et les sables du Moyen-Orient. La pratique du jeûne y est inscrite comme une période pendant laquelle les croyants doivent maîtriser les élans du corps et surmonter les faiblesses de la chair pour se recentrer sur le spirituel et partager.

C’est bien le jeûne judaïque qui est à l’origine du Carême chrétien et du Ramadan musulman. Yom Kippour est la fête juive la plus sainte de l’année.

Cette pratique du jeûne est ancrée dans la tradition judéo-chrétienne et sa référence à l’Ancien Testament. Mahomet n’a fait que reprendre cette tradition. Construite en opposition aux croyances mésopotamiennes polythéistes, la religion juive en a conservé certains principes dont les restrictions alimentaires. Chez les juifs, le jeûne permet d’expier ses fautes ou solliciter le pardon de Dieu pour mettre fin à une calamité. “En ce jour on fera l’expiation pour vous, afin de vous purifier de tous vos péchés devant l’Eternel” dit le Lévitique (l’un des livres de la Torah). Temps de repentance, de pardon et de réconciliation, Yom Kippour est le 10ème jour du repentir où les juifs se privent de manger, de boire, de travailler et d’avoir des rapports sexuels pendant 24 heures.  On se souvient de la tirade de Roger Hanin (Raymond Bettoun) à Bernard Giraudeau (Pascal Villars) dans le “Grand Pardon” film d’Alexandre Arcady tourné en 1982 : “Tu n’as pas peur, au moins ? T’as aucune raison d’avoir peur. Tu sais pourquoi ? Parce qu’aujourd’hui chez les Juifs, c’est le Kippour. Tu te rends compte de la chance que tu as ? C’est le Grand Pardon… Ce jour-là, le Grand Pardon, on peut rien faire ; ni travailler, ni recevoir de l’argent, ni… rien quoi. Sinon on est rayé du Livre. Aujourd’hui, dans le monde entier, tous les Juifs ils pardonnent à ceux qui leur ont fait du mal. Tous les Juifs. Sauf un, moi. Moi, je pardonne pas !”

Les chrétiens se sont inspirés du jeûne juif pour instaurer le Carême. Après son baptême, Jésus se retire dans le désert et jeûne pendant 40 jours, comme Moïse le fit sur le Mont Sinaï. L’Evangile y ajoute “la tentation du Christ”, le diable en profitant pour éprouver Jésus à plusieurs reprises. L’Evangile poursuit “…viendront des jours où l’époux leur sera enlevé et alors ils jeûneront”.

La pratique du Carême chrétien remonte au IVème siècle. Il commence le mercredi des Cendres et se termine le Vendredi Saint. Le Mercredi des Cendres est précédé par le Mardi gras, jour de carnaval (carnelevamen en latin qui signifie « ôter la viande »). Le Carême est un temps de prière et de privation pour les catholiques.

Le ramadan, quatrième “pilier de l’islam”

Mahomet a institué le jeûne en l’an II de l’Hégire (623 dans le calendrier chrétien). Il faut noter que ce calendrier chrétien fait remonter le décompte des années à la naissance du Christ, calendrier définitivement imposé à toute la planète. Toutefois, Mahomet n’a pas « inventé » le Ramadan. Dans une sourate du Coran, Mahomet en témoigne “Ô vous qui croyez ! Le jeûne vous est prescrit comme il a été prescrit aux générations qui vous ont précédées. Ainsi, atteindrez-vous la piété”. Quatrième pilier de l’islam, il est obligatoire : chacun doit s’abstenir de boire, de manger, de fumer et d’avoir des relations sexuelles du lever au coucher du soleil pendant tout le mois.

Les interdits alimentaires

Comme dans le judaïsme, le principal interdit porte sur la viande de porc, le cochon étant considéré comme un animal impur. Selon l’Ancien Testament auquel se réfèrent le judaïsme et l’islam, chaque classe d’animaux correspond à un élément constitutif de l’univers. Le porc n’étant pas un ruminant  et ayant en plus des pattes onglées et fendues, il devient impur et il est interdit d’en manger.

Bien que les historiens des religions ne sachent pas bien expliquer les raisons de cet interdit alimentaire, tant pour les juifs que les musulmans, on peut considérer que le climat des pays chauds (Proche Orient et Maghreb) est un facteur aggravant de développement des bactéries et des microbes rendant la viande de porc impropre à la consommation. Si l’on se replace aux époques où ont été écrits la Torah et le Coran, les réfrigérateurs n’existaient pas !

A contrario, les chrétiens, soumis aux préceptes du Nouveau Testament, mangent du porc. Dans l’évangile de Paul il est dit “Mangez tout ce qui se vend au marché sans vous inquiéter”.

Pourquoi faire un tel ramdam du Ramadan

Tareq Oubrou, l’imam de Bordeaux, appelle depuis plusieurs années les musulmans à “la normalité” et “la discrétion” dans les pratiques religieuses. “Beaucoup de musulmans sont encombrés par des interprétations, des pratiques mineures comme les vêtements, le rapport à la nourriture… Bien sûr on a besoin de principes dans la vie. Mais ces principes doivent être pratiqués à la lumière de la réalité” souligne cet imam atypique qui prône “le propre de la religion est la pudeur, qui s’exprime dans la discrétion”. L’absence de discrétion attise les oppositions, voire les haines.

“Faire le ramdam”, c’est faire du vacarme, soit l’inverse de la discrétion. Cette expression née à la fin du XIXème siècle fait référence aux repas de famille des musulmans à la rupture du jeûne à la tombée de la nuit. Francisé, le mot “ramadan” est devenu synonyme de tapage nocturne.

Il existe des français de confession musulmane, comme il existe des français de confession juive, catholique, protestante. Il existe même des français agnostiques ou athées. Notre exception française de laïcité, initiée par Napoléon et confirmée par la loi de 1905, offre la liberté de croire ou de ne pas croire à chaque français, sans communautarisme !

Yves Quemeneur