Yves Monnot, président de La Fruitière à Énergies

On ne peut plus se permettre d’attendre. C’est maintenant qu’il faut agir pour la transition énergétique. Face à ce constat, la Fruitière à Energies propose non seulement des conseils mais aussi des solutions innovantes pour accélérer la prise de conscience et le passage à l’action.

194
« La Fruitière à Energies compte plus de 220 associés âgés de 2 mois et demi à 90 ans et dispose d’un capital de 170 500 €. »

Comment est née cette fruitière originale ?

La Fruitière à Énergies est née de la démarche de l’association EMNE (Ensemble Mobiliser Nos Energies) à laquelle se sont associés les citoyens, et les forces vives du territoire, tant publiques que privées, sur le secteur de Quingey. A l’époque, la naissance potentielle d’un parc éolien interrogeait.  Nous avons donc élargi cette réflexion sur l’ensemble des énergies renouvelables.

Un groupe de travail a planché pendant 3 ans avec en son sein des gens ayant de solides connaissances dans les domaines techniques et commerciaux. Il en est ressorti que la forme associative ne se prêtait pas aux actions que nous voulions concrètement mettre en place.

 

Le choix de la forme juridique n’a donc pas été simple ?

Pour rester dans le même esprit, nous avons donc pensé à une SCOP (Société coopérative et participative) ou une SCIC (Société coopérative d’intérêt collectif) mais il était nécessaire de diversifier les associés et la provenance des fonds nécessaires à la réalisation de nos projets.

La Fruitière à Énergies a donc été créée sous forme de SAS, société par Actions Simplifiée, une entreprise innovante, participative, citoyenne, agréée Entreprise Solidaire d’Utilité Sociale, Elle appartient aux habitants, aux entreprises, aux agriculteurs, aux collectivités et à ses salariés. Elle développe des actions locales concrètes, durables, porteuses de sens.

La gouvernance est très démocratique comme le fonctionnement en général avec pour principe une voix pour tout actionnaire quel que soit le nombre de parts détenu. Le conseil de gestion est totalement bénévole. Quant aux bénéfices 50% sont non distribuables aux associés.

 

Quels sont vos leviers pour agir ?

Sur ces bases de fonctionnement La Fruitière à Energies s’engage à créer directement ou indirectement des emplois locaux non délocalisables et à promouvoir les économies d’énergies et les énergies renouvelables, Par ailleurs, nous nous engageons à ne pas réaliser d’unités de production sur des terrains utilisés en agriculture ou en élevage, pour ne pas entrer en concurrence avec les ressources alimentaires,

Concrètement, comme nous n’avons ni terrains ni locaux, nous sollicitons des habitants, collectivités ou entreprises pour nous en mettre à disposition pour installer une unité de production photovoltaïque. On peut prendre pour exemple la recyclerie Re-Bon à Maîche et prochainement dans la même commune le gymnase et les vestiaires du stade.

A chaque fois, la Fruitière s’occupe de tout en prenant en charge la totalité de l’investissement et en recevant les revenus générés ensuite. Le toit ou le terrain est lui loué dans le cadre d’un bail longue durée avec versement d’un loyer au propriétaire.

 

Vous avez un solide niveau d’expertise que vous partagez également ?

La Fruitière à Energies accompagne en effet la réflexion sur des projets photovoltaïques des particuliers, des entreprises, des agriculteurs, ou des collectivités pour le développement d’un projet d’énergies renouvelables citoyen. Nous proposons l’élaboration d’un cahier des charges, l’identification des partenariats, la construction d’un plan d’affaires voire même le co-portage des investissements. Dans certains cas comme c’est déjà arrivé, nous concluons en expliquant que le projet envisagé est totalement inadapté

 

Pour agir, il faut d’abord informer et convaincre. Comment procédez-vous ?

Nous organisons des réunions de mobilisation citoyenne. Des réunions « TuperWatt » sur le thème spécifique de la transition énergétique. Ces réunions permettent, dans un premier temps, de recenser les éventuels projets de production d’énergie sur un territoire défini, de mise à disposition de toitures et/ou d’associés potentiels. Nous allons aussi régulièrement à la rencontre d’écoliers pour leur présenter cette démarche et en faire de petits ambassadeurs de cette cause en tant que citoyens de demain. Toutes ces rencontres ont le même objectif : créer un climat favorable à l’initiative et à la prise de décision dans un contexte où chacun, à son niveau, doit jouer un rôle dans la transition énergétique et les énergies renouvelables. Maintenant, sans plus attendre, faisons Fruitière !