Benoît André, directeur du centre de formation et d’intervention de la SNSM dans le Doubs

Oui, la Société Nationale des Sauveteurs en Mer est bien présente dans le Doubs avec un centre implanté à Montbéliard pour couvrir le Département et ceux limitrophes. Ses missions sont nombreuses et nul doute que beaucoup de franc-comtois croiseront cet été ces sauveteurs régionaux ici ou sur les plages de toute la France.

627

Pourquoi la SNSM est-elle implantée dans le Doubs ?

Ça peut en effet paraître étonnant mais ce n’est pas nouveau puisque le centre de formation y est présent depuis 1976 avec pour objectif dès le départ de former de jeunes nageurs sauveteurs afin d’aller l’été surveiller les plages du littoral. Nous avons été le premier centre créé loin de la mer ou de l’océan…

Rappelez-nous ce qu’est la SNSM et à quoi elle sert surtout ?

Le grand public connait la plupart du temps les sauveteurs embarqués de la SNSM qui sont le premier maillon de la chaîne de secours des personnes se trouvant en situation de naufrage réel ou potentiel. Leur réactivité, leur savoir-faire, leur connaissance très fine des zones de navigation, leurs équipements et leurs compétences en gestion des opérations de sauvetage sont primordiaux pour qu’ils puissent mener à bien leurs missions. Répartis dans 206 stations de sauvetage (permanentes et saisonnières) le long du littoral en métropole et Outre-mer, les sauveteurs embarqués appareillent sur alerte des CROSS – centres opérationnels de surveillance et de sauvetage – en moins de 20 minutes, 24 heures sur 24 et 365 jours par an, par tous les temps.

Et il y a aussi les nageurs sauveteurs que les vacanciers voient tous les étés…

Là aussi notre but est simple : sauver des vies humaines, en mer et jusqu’à la plage. Baigneurs, pratiquants de sports nautiques comme le paddle, le kitesurf, le kayak, le scooter des mers ou encore le ski nautique, mais également plaisanciers se trouvant dans la bande des 300 mètres, les usagers que nous sommes amenés à secourir sont nombreux. Ainsi, les Sauveteurs en Mer opèrent durant tout l’été sur des situations de noyades et d’accidents et en amont pour les éviter. Et enfin, sur la plage, les interventions sont variées avec malaises, coups de chaud, blessures, piqûres de vives, recherches d’enfants perdus…

Combien de personnes de la SNSM sont concernées ?

Chaque année près de 1500 nageurs sauveteurs, qui arment 35 % des postes de secours sur les plages, sous la responsabilité des maires des communes du littoral. De juin à septembre, les Sauveteurs en Mer de la SNSM assurent la sécurité des vacanciers sur un tiers des plages françaises, surveillées depuis les postes de secours lors de la saison estivale. Nous serons même encore plus nombreux cette année puisque sapeurs-pompiers et CRS qui habituellement sont sur les plages seront cette année retenus par les Jeux Olympiques.

Avec parmi ces nageurs sauveteurs des francs comtois que vous formez ici ?

Plusieurs seront en effet sur le littoral sous bannière SNSM, mais aussi engagés dans le surveillance de plans d’eau locaux à titre individuel. Ces personnes doivent avoir 18 ans minimum, au terme de leur apprentissage et suivent une formation exigeante avec plusieurs diplômes nécessaires en complément du Brevet National de Sécurité et de Sauvetage Aquatique. On peut arriver à environ 300 heures au total. Une formation que nous finançons à 80% grâce à d’autres actions que nous assurons tout au long de l’année.

De quelles actions s’agit-il ?

La SNSM est une association agréée de sécurité civile. Nous sommes avant tout des secouristes et à ce titre nous sommes habilités au même titre que la Croix-Rouge à proposer des postes de secours sur des manifestations, y compris sur la terre ferme, des marathons ou des festivales par exemple. Sur une année, nous gérons environ 90 événements ce qui représente 500 personnes secourues.

Vous avez d’autres missions localement ?

Nous assurons en effet de la prévention et de la sensibilisation avec par exemple des ateliers lors de journées sportives pour expliquer comment se protéger du soleil et lutter contre les risques de noyades en faisant attention au milieu dans lequel on évolue que ce soit en mer mais aussi dans les lacs et rivières plus proches de nous.

Le recrutement est-il difficile ici, si loin du littoral ?

Il est vrai que notre association est moins connue dans les terres qu’en bord de mer.  La contrainte de la formation peut aussi être un frein mais elle débouche sur la certitude de trouver un job d’été et pourquoi pas plus ensuite et être un tremplin vers la vie professionnelle pour postuler dans des centres aquatiques. En tout cas, il faut pour nous rejoindre avoir avant tout envie d’aider les autres et de se dépasser. Pas besoin d’être un athlète performant, ces qualités humaines et notre formation font de nos candidats de bons nageurs sauveteurs !

Infos pratiques :

  • La SNSM est en grande partie financée par des dons, qui peuvent être défiscalisés à hauteur de 60% et qu’il est possible d’affecter localement, en l’occurrence au centre de formation et d’intervention du Doubs.
  • La période de recrutement pour la saison prochaine est ouverte : pour plus de renseignements, prendre contact via le site snsm.org ou snsm-montbeliard.webnode.fr