Dieu est amour …

586

Et deux religions s’entretuent au point qu’il devient impossible de compter les morts,
disposés au sol dans des sacs blancs entachés de la marge d’erreur.
C’était aussi tantôt l’inauguration par notre Président, à Villers-Cotterêts, où naquit
Alexandre Dumas, de la Cité Internationale de la Langue Française.
Dieu… La Langue…
L’occasion de constater combien nous avons -chez nous- les citations bibliques sur
le bout de notre langue. Sur les réseaux sociaux, sautons-moutons au-delà de
l’inévitable « Pauvre France » qui en deux mots et bien des sous-entendus fait
l’économie de tant de discours. Et voici -venu du diable-vauvert et répétée jusqu’à
plus soif- la remarque si consensuelle qu’elle tue sans même avoir besoin de viser :
« Faites ce que je dis, ne faites pas ce que je fais », une citation de l’Évangile de
Matthieu.
Cette phrase, Kalachnikov des philosophes érudits et des redresseurs de torts
patentés, en a laissé plus d’un sur le carreau. Elle s’adresse tout autant à l’écologiste
qui voyage, qu’à la ménagère abonnée à Netflix et affamée par l’augmentation des
carottes. Et aussi à ceux qui, garés sur les places réservées aux handicapés, exigent
de chacun le respect de la loi partout de la rue jusqu’aux trottoirs. Et la sévérité
implacable qui va avec.
On trouve d’autres citations en kit prêtes à l’emploi serrées comme des harangues
dans une boite à fourbi. Chacun pourra choisir. Nous avons en tête de gondole le
choix mortifère entre la peste et le choléra, le retour incessant du serpent de mer, la
redondante vérité qui fâche, le visionnaire nul n’est prophète en son pays, le très
gaulois rendons à César ce qui est à César… Les moyens ne manquent pas de
donner du relief à ses idées à peu de frais avec l’assentiment populaire en pot ou en
tube, en pommade ou en gargarismes.

Docteur Gérard Bouvier