Arc-et-Senans. Le 24ème festival des Jardins à la Saline Royale

L’inauguration a eu lieu le 2 juin 2024. Le festival des jardins est le prolongement de l’utopie architecturale de Claude-Nicolas Ledoux. Le génial architecte de Louis XV ne renierait pas ce travail de l’harmonie entre l’Homme et la Nature. La 24ème édition est visible jusqu’au 20 octobre.

240
Identité du massif du Jura, une tourbière a été reconstituée dans le parc de la Saline royale. La vie s'y développe naturellement ©YQ
Ombre et fraîcheur

Hubert Tassy, directeur de la Saline royale et Denis Duquet, le grand ordonnateur des jardins, ont certainement une relation directe avec le ciel. Le titre du festival 2024 « Ombre et fraîcheur » était particulièrement opportun compte tenu du climat qui règne sur la Franche-Comté depuis plusieurs mois !

« Les nouvelles créations paysagères du concours des étudiants des Ecoles Nationales Supérieures du Paysage apportent de l’ombre et de la fraîcheur dans une période où les épisodes caniculaires sont de plus en plus fréquents » souligne la Saline dans son dossier de présentation.

Il est effectivement probable qu’après ce printemps trop pluvieux et frais, le soleil vienne nous rappeler que « le soleil et l’eau font un mariage d’amour pour faire grandir la nature » selon les propos de Christian Terreaux, fournisseur franc-comtois des voiles d’ombrage de ces jardins éphémères.

L’utilisation de l’existant et des matières végétales est systématique dans le cahier des charges du concours des jardins ©YQ

De l’aridité du désert à une forêt tropicale, la végétation luxuriante, les mares riches de leur biodiversité, les sources de fraîcheur ne manquent pas dans ce cercle immense devenu en trois ans un véritable jardin, lien naturel entre la Saline royale et la forêt de Chaux.

Des centaines de plantes mises en scène
Le « faiseur de pluie » rencontre l’oiseau porte-bonheur qui guidera ses pas jusqu’à faire tomber la pluie par quelques notes de flûte. ©YQ

Chaque jardin retrouve les sources de la nature. Du « faiseur de pluie » à « l’autre côté du mirage », de l’aménagement « poétique du fil à linge » au « jardin du potier », les œuvres éphémères exposent la richesse de la nature et aussi sa fragilité. « Le peuple des Bryophytes » rend hommage à la mousse, terreau de la vie et « l’Adelphité » enseigne que dans une terre qui s’appauvrit, où la vie se raréfie, l’Homme trouve les ressources de cercles vertueux pour apporter chaleur, humidité, ombre et fraîcheur.

Des jardins pas si éphémères
Une nouvelle roseraie fait le lien entre les jardins permanents et le festival des jardins ©YQ

Le festival des jardins de la Saline royale évolue depuis l’ouverture du « cercle immense ». Il se tient dorénavant dans le nouveau demi-cercle, laissant les jardins en mouvement trouver leur place autour des bâtiments de la Saline. Pour Denis Duquet « les 400 élèves et étudiants ont carte blanche dans l’élaboration des jardins et leur réalisation. Ils doivent simplement être attentifs à utiliser l’existant et réduire les déchets ».

Hubert Tassy, le directeur de la Saline royale, a reçu la médaille annuelle du festival des jardins, imaginée et réalisée par les élèves du lycée des Arts du métal de Saint Amour et ceux du lycée Duhamel de Dole ©YQ

Comme chaque année, Hubert Tassy a reçu la médaille du festival des jardins. Réalisée par les élèves du lycée des Arts du métal de Saint Amour et ceux de la section design d’objet du lycée Duhamel de Dole, elle était cette année en métal et céramique. Pour l’édition 2025, la médaille honorera le bois, matière ennobli par les élèves du lycée du bois de Mouchard.

Le soleil revient…enfin… réchauffer les corps et les cœurs. Se promener dans le labyrinthe de Dédale, dans le jardin de l’arc jurassien avant de découvrir ou redécouvrir la merveille architecturale de la Saline royale inscrite au patrimoine de l’Unesco : une visite à Arc-et-Senans, c’est un rêve éveillé.

Yves Quemeneur