Besançon. 123 000 visites sur le site Mémoire vive en 2022

Mis en service fin 2011, le site internet « Mémoirevive.besancon.fr » permet aux chercheurs et aux curieux de se plonger dans le patrimoine conservé par la bibliothèque, les musées et les Archives municipales de Besançon. 120 000 curieux ont visité le site, l’an dernier un chiffre en augmentation.

49
Capture d'écran de la page d'accueil du site internet « Mémoire vive ». Crédit : « Mémoirevive.besancon.fr ».

En ligne, grâce au site internet « Mémoirevive.besancon.fr », il est possible à tout un chacun de découvrir une partie des collections conservées à Besançon. L’intérêt de la numérisation, entreprise en 2007, est double. « Elle permet de diffuser plus largement les documents, notamment au public bisontin qui n’aurait pas eu accès à certains documents fragiles sans habilitation particulière », explique Juliette Sorlin, conseillère municipale déléguée aux bibliothèques, archives, création culturelle et animations culturelles.

Un site internet qui permet ainsi à des chercheurs à l’autre bout du monde de consulter des documents conservés à Besançon, tout en donnant à quiconque la possibilité de prendre conscience de la richesse du patrimoine bisontin. Et le pari semble réussi, en attestent les 123 000 visites de 88 000 visiteurs différents en 2022. Pour les 88 000 visiteurs, 20% sont Francs-Comtois, 70% du reste de la France et 10% du reste du monde.

2 millions de vues numérisées

2 millions de vues sont proposées, pour 20 000 documents numérisés sur les 500 000 que possède la bibliothèque d’étude et de conservation. Cela signifie donc que peu de documents ont été numérisés. Chaque source a donc été méticuleusement choisie, en fonction de sa rareté et d’une éventuelle numérisation ailleurs. Pour les fonds numérisés, 30% concernent les archives, 30% la presse locale et 40% les livres et l’iconographie.

Parmi les élus de la numérisation, des fonds absolument incroyables sont à découvrir, comme le fonds Pierre-Adrien Pâris. Architecte sous Louis XVI, Pierre-Adrien Pâris (1745-1819) « a légué sa collection de dessins, de livres, de tableaux et d’objets à sa ville natale », explique le site internet « Mémoire vive ».

Juliette Sorlin tient aussi à souligner l’existence d’un livre de John-James Audubon (1785-1851), un ornithologue qui a notamment dessiné des oiseaux vivant aux États-Unis. Il ne reste plus qu’une centaine d’exemplaires de ce livre dans le monde et il est possible, grâce à l’outil présenté, de se plonger dans des dessins plus colorés les uns que les autres. « Une véritable pépite ! », confie la conseillère municipale.

Dernière nouvelle en date : en octobre 2022, le conseil municipal a voté une délibération pour téléverser sur Gallica des titres de presse locale numérisés, comme Le Petit Comtois. Voilà une annonce qui devrait ravir les chercheurs s’intéressant à l’histoire locale, puisqu’il sera bientôt envisageable de faire des recherches par mots-clés.