L’Édito. D-Day, l’Histoire romancée

296

Grand raout autour d’Omaha Beach, la plage qui a cumulé le plus de morts américains le Jour J, 2500, soit la moitié des pertes alliées. Ils sont au total 73 000 à trouver la mort lors de la bataille de Normandie. Américains, britanniques, canadiens, polonais…il y avait même une division française dont la tête de pont fut le commando Kieffer.

Le 6 juin reste pourtant une histoire purement américaine qu’Hollywood a su mettre en scène avec « Le Jour le plus long » (1962) puis « Il faut sauver le soldat Ryan » (1998). La réalité est quelque peu différente sans rien enlever au sacrifice des soldats américains. Les États-Unis sont entrés en guerre en 1942 après l’attaque japonaise sur Pearl Harbor (7 décembre 1941). Que serait-il advenu si Franklin Roosevelt avait déclaré la guerre à l’Allemagne dès l’invasion de la Pologne par Adolf Hitler en septembre 1939 ? Après le débarquement, il faudra l’énergie du Général de Gaulle pour s’opposer à l’intention des Américains d’exercer une tutelle de fait sur les pays libérés. Dans les valises du débarquement, les billets de banque Amgot (Allied Military Government of Occupied Territories) copiés sur le dollar laissaient peu de doutes sur ces intentions d’occupation. On comprend mieux l’attitude de De Gaulle.

La Résistance française est une histoire dans l’imaginaire communiste. Le 23 août 1939, c’est bien Ribbentrop et Molotov qui signent un accord autorisant Hitler à envahir la Pologne occidentale puis les Pays-Bas, la Belgique et la France… tout en laissant Staline à s’emparer des pays baltes, de la Finlande et de la Moldavie. Que serait-il advenu de la bataille de France si Hitler avait dû faire face à deux fronts (Est et Ouest) ? Il faudra attendre le 22 juin 1941 (opération Barbarossa) quand l’Allemagne attaque l’Union soviétique pour que les communistes français entrent en résistance. Pendant près de deux ans, les cheminots, vantés par « La Bataille du rail » (1946) où René Clément exaltait l’image héroïque du cheminot résistant, conduisaient des trains d’armement allemand, voire même des convois de déportés et prisonniers. Les seuls résistants en 1940 étaient les Français ayant répondu à l’appel du Général de Gaulle. Depuis des millénaires, l’Histoire est toujours écrite par les vainqueurs. Il en est de la Seconde Guerre Mondiale comme de la conquête de la Gaule par Jules César ou les conquêtes d’Alexandre le Grand.