Doubs. Besançon : Stéphane Ravacley sera candidat aux législatives

Le boulanger humaniste s'est engagé dans un nouveau combat après celui des convois solidaires : les élections législatives en juin 2022. "Candidat de la société civile", Stéphane Ravacley lance tout de même un appel aux partis de gauche pour porter un projet commun.

349
Stéphane Ravacley est aux États-Unis depuis le 25 avril pour rencontrer des membres du gouvernement Obama et "apprendre". Crédit Photo : Martin Saussard

L’humaniste et utopiste Stéphane Ravacley passe un nouveau cap dans son combat pour un monde « plus juste ». Plus d’un an après sa grève de la faim pour sauver son apprenti boulanger sans papier, l’actualité internationale a fait revenir le patron de la Huche à Pain sur le devant de la scène médiatique. Le premier convoi solidaire créé de toutes pièces en quelques jours est arrivé il y a deux mois maintenant. L’association bisontine fonctionne toujours, Stéphane Ravacley lui part pour un autre combat : les élections législatives en juin 2022.

Un projet en tête depuis plus d’un an

« L’idée est venue lors de mon combat pour mon apprenti. Invité au sénat et à l’assemblée par Jérôme Durain, je me suis rendu compte qu’il y avait un problème dans l’hémicycle. Les chiffres sont faux, les arguments aussi. Malgré ma victoire pour régulariser mon apprenti j’ai compris que si je n’intégrais pas ces milieux là, je ne pourrais rien faire pour démontrer le contraire de leurs arguments. Ça fait plus d’un an et demi que je travaille sur ce projet »

Une addition des gauches

Le boulanger de la rue Rivotte se porte candidat « au titre de la société civile » espérant que les partis de gauche rejoignent l’élan, pour remporter la 2e circonscription du Doubs. Le Parti Socialiste s’est déjà manifesté, pense même à l’investir tandis que « de très bons échanges sont en cours avec les Verts », assure Stéphane Ravacley. Plus compliqué d’aller chercher la France Insoumise : en tête à Besançon lors du premier tour des élections présidentielles, LFI compte surfer sur cette légitimité par les urnes pour créer une union populaire certes, mais une union derrière eux. Au niveau national, Fabien Roussel, candidat du Parti communiste a déjà tendu la main aux Insoumis, une directive que devrait suivre les antennes locales en juin.

Pas de quoi pour autant décourager Stéphane Ravacley. « Vous croyez que je pensais gagner il y a un an et demi, après dix jours sans rien manger pour régulariser mon apprenti ? Pourtant on y est arrivé et je compte bien réussir une nouvelle fois. La société civile doit se lever, nous devons amener des boulangers, des peintres, des artisans à l’Assemblée Nationale. » La nouvelle a aussi fait des déçus. Pour éviter de donner des arguments à ses détracteurs, Stéphane Ravacley a quitté la présidence des Convois Solidaires et des Patrons Solidaires.

Avec l’artisan, une équipe de communication et un programme basé sur trois grands points. Favoriser un commerce et une économie de proximité d’abord. Défendre une écologie qu’il caractérise de pratique tout en conservant une agriculture digne. Enfin et c’est un point presque logique si l’on retrace le parcours de Stéphane Ravacley : le candidat souhaite défendre la jeunesse de son territoire, en particulier les mineurs isolés. Une autre manière de prendre une revanche sur son revers au Sénat en octobre 2021. Aux côtés de l’élu de Saône-et-Loire Jérome Durain, Stéphane Ravacley avait proposé une loi visant à éviter qu’un apprenti mineur étranger bien inséré soit expulsé à sa majorité. Le texte avait été rejeté.

Déçu comme de nombreux artisans de la tournure de l’élection présidentielle, Stéphane Ravacley, à l’image d’un certain Philippe Grenier en son temps à Pontarlier, compte bien créer la surprise le 12 juin prochain.

Martin SAUSSARD