Doubs. En pleine crise, le BesAC Basket se sépare de son entraîneur

Englué dans une série de sept défaites consécutives, le BesAC Basket a annoncé la mise à pied de Joseph Kalambani. Le directeur sportif de la section amateur Fred Feray, assure l’intérim jusqu’à la fin de saison.

935
Photo : Comm'on by Tiffou

Il fallait un électrochoc et comme toujours ou presque dans le sport, lorsqu’un groupe n’y arrive plus, l’entraîneur est le premier à partir. Joseph Kalambani n’a pas échappé à la règle malgré son attachement et histoire commune avec le basketball bisontin. Le BesAC Basket s’est contenté de quelques lignes sur ses réseaux sociaux, lundi 12 février : « le BesAC a décidé à compter de ce jour, la mise à pied à titre conservatoire de Joseph Kalambani en qualité d’entraîneur de l’équipe de nationale 1.  Le club ne fera aucun commentaire supplémentaire sur cette décision. »

Une annonce qui a surpris plus d’un supporter malgré les derniers résultats bisontins. Le BesAC n’a toujours pas gagné en 2024 (dans l’attente du résultat contre Caen, ce vendredi 16 février) et reste sur une série de sept défaites consécutives. Pire, depuis le 14 novembre 2023, l’équipe bisontine n’a remporté que 3 matchs en 15 rencontres. Condamné au groupe de relégation où seules trois équipes sur huit seront en repêchées en N1 l’an prochain, le club a concédé certaines défaites qui ont fait beaucoup de mal, contre de futurs adversaires de cette poule de relégation. La dernière face à Lyon SO (98 – 94) aura été fatale à Joseph Kalambani qui après une première saison convaincante, ne terminera pas la suivante.

Fred Feray pour la mission sauvetage

Quelques heures après l’annonce de sa mise à pied, le comité du BesAC a annoncé le retour de Fred Feray à la tête de l’équipe fanion, pour assurer l’intérim jusqu’à la fin de saison. L’actuel directeur sportif de la section amateur avait connu les montées en N3 puis N2 avec le BesAC. Son premier match sur le banc de l’équipe fanion se déroule contre Caen, vendredi 16 février à 20h, dernière rencontre de la phase aller. Ce sera ensuite à lui de guider l’opération sauvetage avec une équipe qu’il faudra remobiliser mentalement mais aussi physiquement, Besançon n’ayant pas été épargné cette saison par les blessures et indisponibilités.

M.S