Doubs. Flamme Olympique : le grand rayonnement

Le département du Doubs a précisé les dessous du passage de la flamme olympique programmé mardi 25 juin 2024.Près d’une vingtaine de kilomètres seront parcourus par différents porteurs à travers sept communes-étapes. Des dizaines d’animations seront également prévues tout au long du tracé.

798
Les cinq porteurs de la flamme olympique retenus par le Département (Sept avec Fabrice Guy et Joey Cachet qui ne pouvaient être présent ce 25 mars) aux côtés d'Éric Monnin, vice-président de l'UFC et Christine Bouquin, présidente du Département. Photo MS

Ce lundi 25 mars, le parc de la Gare d’eau à Besançon rayonne grâce au soleil et aux sourires. À trois mois du passage de la flamme olympique, le Département du Doubs réunit les différents porteurs de la flamme, élus des communes-étapes et autres acteurs du grand rendez-vous marquant le début des Jeux Olympiques au niveau local. Une répétition générale offrant l’occasion de dévoiler un peu plus les contours d’une cérémonie prometteuse, tout en gardant un effet de surprise.

Le Haut-Doubs, terre de sport, nature et tradition

Élogieuse, Christine Bouquin, présidente du Département a d’abord associé à chaque étape une valeur représentative du Doubs. Ville de départ, Pontarlier fait office de terre de champions, en écho aux nombreux athlètes ayant performé sur les différentes disciplines hivernales comme dernièrement Lou Jeanmonnot et son incroyable saison de biathlon. Au cœur de la « capitale du Haut’ », le départ de cette grande journée sera donné à 8h20 pour un premier circuit de 3,5 kilomètres en ville, avant de s’élancer depuis Chaux-Neuve, terre de nature. Sur place, le champion olympique Fabrice Guy, médaillé en combiné nordique aux Jeux d’Albertville (1992) partira vers 10h depuis la mairie. Un kilomètre de feu jusqu’au stade de la Côte Feuillée et ses 5 tremplins. Le Haut-Doubs incarné par le sport, la nature mais aussi les traditions avec Maîche. Au départ du château du Désert vers 10h les coureurs sur place s’élanceront pour 2,5 kilomètres à travers la commune jusqu’à 12h55.

Parcours millimétré

La flamme plongera ensuite au cœur du Gouffre de Poudrey, près d’Étalans, à partir de 12h37. Un itinéraire, 80 mètres sous le sol pour remonter jusqu’à la surface où de nombreuses surprises sont attendues pour les coureurs et le public. Montbéliard fait office de terre de jeunesse et d’innovation avec un parcours de 5 kilomètres pour la flamme olympique de 14h29 jusqu’à 15h53. Malgré les récentes polémiques, Christine Bouquin n’a pas manqué de rappeler que ce passage serait également au cœur « de la capitale française de la culture ». À Baume-les-Dames vers 16h, le vélo aura une place prépondérante tout au long du tracé d’1,2 kilomètre depuis le stade de rugby, pendant 30 minutes.

Viendra ensuite la grande boucle de Besançon, où plusieurs athlètes se partageront les 5,8 kilomètres. Au départ du Stade Léo Lagrange, la Ville a misé sur la mixité et diversité pour faire profiter près de 50 coureurs tout au long des 5,8 kilomètres qui mèneront jusqu’à la Gare d’Eau. Là-bas, le chaudron et « des milliers de personnes », précise Christine Bouquin, attendront l’embrasement. Sur place, le site ouvert dès 15h30 accueillera de nombreuses animations et démonstrations de sports. Le Département met l’accent sur le partage des Jeux, par tous et pour tous. Une dynamique inclusive incarnée par les porteurs de flamme d’abord, Gwendoline Matos et Jean-Claude Thévent, marraine et parrain de la démarche « Partageons nos sports ». La première devrait prendre part à l’aventure paralympique avec l’équipe de France de Goalball, dont la sélection officielle sera connue le 1er juillet. Le second, champion de France de para-VTT en 2023 et champion du monde sur contre-la-montre en 2022, fait partie des meilleurs coureurs de son sport.

Inclusion sociale comme leitmotiv

À leurs côtés, les valeurs sociales sont aussi portées par Françoise Streit. Avec son mari Bernard, le duo a formé l’association Action Philippe Streit en 2019, au service de l’inclusion des personnes en situation de handicap, par le travail. Une centaine d’emplois ont aujourd’hui été créés. Trois autres porteurs de flamme ont officiellement été choisis par le Département : Guillaume Pétrequin, habitant de Présentvillers engagé au sein du Souvenir Français et lauréat des Chemins de l’Honneur en 2022, Mylène Dhote, rare femme du Doubs à diriger l’un des centres du SDIS, à Mouthe et Joey Cachet, « qui par son parcours de vie, est un symbole », confie Christine Bouquin. La jeune femme placée à l’âge de deux ans, prise en charge par l’Aide sociale à l’enfance (ASE), a décroché son bac, mention très bien avant de suivre une formation en langues étrangères appliquées.

Une série d’animations à la Gare d’Eau

Des lieux, des personnalités et des rendez-vous donc : à la Gare d’Eau, le public pourra découvrir la danse des Jeux, présentée par les jeunes du Pôle enfants confiés à Montbéliard, une présentation des maisons d’accueil et de résidence pour l’autonomie (MARPA) de Thise, Ornans et École-Valentin ou encore, une création musicale Handisonique avec l’artiste Yoggyone et la fédération régionale handisport. Une immense vitrine pour le monde du handicap, une revue, aussi, des effectifs et actions du Département.  Les sports olympiques auront aussi une belle fenêtre :  Junior, breakdancer reconnu à l’international, accompagnera le collectif Porte-Avions pour une démonstration de cette discipline dont le premier concours olympique se déroulera à Paris. Le BeSAC Basket sera là, tout comme Nicolas Fleury, pour un show freestyle de vélo, toujours impressionnant.