Édito. Dans le Haut-Doubs, une Droite (très) Populaire

465

Les échecs cuisants de la Droite française aux dernières élections nationales ne semblent pas avoir impacté le Haut-Doubs. Certes, le parti Les Républicains n’a plus la même côte mais le mouvement compte bon nombre d’électeurs en quête d’un nouveau souffle, un nouveau visage à qui s’identifier. L’ont-ils trouvé ? La venue du maire de Cannes dans le département avait un objectif qui ne dit pas encore son nom officiellement : rassembler pour 2027. Pour ce marathon, son mandat de président de l’Association des Maires de France (AMF) est un atout considérable. Profitant de cette fonction pour dépasser les clivages, ce samedi 1er juin ils étaient plus de 200 élus à l’accueillir lors de l’assemblée générale des maires du Doubs. Habile, David Lisnard insuffle cette idée de « renouveau à droite » par son microparti d’abord, Nouvelle Énergie, comme pour marquer un décalage avec Les Républicains tout en prenant soin de ne jamais froisser officiellement son groupe, d’autres avant lui ont essayé. Il s’applique à amorcer chaque prise de parole en rappelant sa connaissance du terrain grâce à son mandat à Cannes, parle de « décentralisation », « principe de subsidiarité », d’une capacité plus grande pour les élus locaux à décider. De toute cette « bureaucratie et technocratie encombrante, déconnectée de la réalité du terrain », n’hésitant pas à fustiger les déclarations du Président de la République à l’encontre des collectivités. Dans le Haut-Doubs, le discours plaît, beaucoup. Localement, le grand gagnant de cette visite reste Sébastien Populaire. Soutien et ami de David Lisnard depuis son lancement, le maire du Touillon-et-Loutelet a profité de son déplacement pour inaugurer le terrain multisport de sa commune mais surtout, montrer au département qu’il faudrait potentiellement compter sur lui dans les années à venir. Les figures de la Droite locale observent cette montée d’un bon œil…pour l’instant.