Gilles Lelièvre, président de la banque alimentaire du Doubs

Acteur majeur de la lutte contre la précarité, la Banque Alimentaire est chaque jour sur le terrain pour permettre à des personnes en difficultés de simplement pouvoir se nourrir. Un sacerdoce difficile qui repose sur la générosité des uns et l’engagement des autres.

265

Rappelez-nous ce qu’est la Banque Alimentaire ?

Elle est le résultat de la volonté de s’unir d’associations qui agissent pour la solidarité. L’objectif est de récupérer des produits alimentaires dans des structures de distribution afin d’aider des personnes en difficulté. L’idée est de mettre en commun nos moyens pour être plus efficaces. Tous les jours, nous allons donc dans différents magasins du Doubs, de Haute-Saône et du Territoire de Belfort pour collecter des produits frais et secs. Ensuite ces denrées sont triées selon les dates de consommation et l’état de fraicheur puis réparties aux associations qui sont en contact direct avec les publics à aider. C’est une action solidaire donc mais aussi antigaspi.

 

Qui sont les destinataires ?

Nous acheminons ces produits à la Croix-Rouge, aux Invités au Festin, au Secours Catholique, parfois aux Restos du Cœur mais aussi en direct au Centre Communaux d’Cation Sociale qui chacun à leur niveau déterminent les critères à remplir pour obtenir cette aide alimentaire. En 2021, 10674 foyers en ont bénéficié dans le Doubs ce qui représente 23900 personnes. Ce chiffre est en augmentation de 15% par rapport à l’année précédente. Avec la crise sanitaire, nous avons vu arriver de plus en plus d’étudiants mais aussi des retraités dans des situations précaires ainsi que des auto-entrepreneurs qui ont connu des difficultés professionnelles.

 

Comment fonctionnez-vous au quotidien ?

Les approvisionnements ont donc lieu dans les grandes surfaces, chaque jour. Avec elles, nous mettons en place une convention relative à la qualité des produits donnés et en échange de leurs dons, elles bénéficient d’une déduction fiscale. A ce jour, 80 commerces sont concernés dans notre secteur ce qui est très satisfaisant. Nous bénéficions aussi d’une aide financière de l’Union Européenne. Concernant l’organisation humaine sur le terrain, nous avons des salariés sur nos trois centres de Besançon, Pontarlier et Montbéliard. Ils sont entourés d’équipes de bénévoles très investis pour collecter, trier, répertorier, peser, préparer puis livrer…Chaque semaine, environ 200 de ces bénévoles sont mobilisés pour remplir nos missions.

 

Ce bénévolat justement est-il un problème ?

La crise sanitaire a en effet laissé des traces… certains ne sont en effet pas revenus et nous manquons parfois de bras. Nous recherchons donc des personnes pour nous aider dans chacune de nos tâches, y compris pour prendre des responsabilités un peu plus importantes quant à la gestion des dépôts, au secrétariat, à la comptabilité, à la communication… Il s’agit bien entendu de donner de son temps pour une bonne cause ce qui est je pense une vraie expérience de vie, d’échange, de solidarité. On y trouve humainement son compte !

 

 

Quelles sont les conséquences de la crise économique actuelle ?

Elle a forcément un impact sur le nombre de bénéficiaires qui risque encore d’être en augmentation dans les mois à venir. En ce qui concerne notre organisation logistique, nous avons treize véhicules qui circulent chaque jour pour effectuer les collectes. Donc forcément, la dépense en carburant a été impactée avec un coût multiplié par deux. Nous subissons cette situation comme les particuliers et les entreprises, ce qui grève notre budget.

 

Une prochaine action à annoncer ?

Nous organisons comme chaque année une grande collecte avant l’hiver. Elle aura lieu les 25, 26 et 27 novembre dans de nombreux magasins du département. Nous faisons appel à la générosité du public qui en faisant ses propres courses peut en profiter pour acheter quelques produits en plus qu’ils offriront à la sortie à la Banque Alimentaire. A cette occasion, près de 2500 de nos bénévoles vont être mobilisés. Les gilets orange facilement reconnaissables. Encore une fois, nous avons besoin de bras pour ce moment important donc si des personnes veulent s’investir juste pour cette occasion, qu’elles n’hésitent pas à nous contacter !