Grand Besançon. Jean-Paul Rebatet, coach emblématique du basket bisontin

Dans ses grandes heures, le Palais des Sports vibrait au rythme du Besançon Basket Comté (BBC) emmené par Jean-Paul Rebatet. Aujourd'hui , l’ancien coach des bisontins à l'époque de la Pro A il y a un peu plus de 25 ans reste un observateur du basket bisontin et du BesAC.

316
Le titre de champion et la montée en Pro A en 1995 avaient été fêtés dignement.

Arrivé dans le Doubs à la tête de l’équipe de Pro B de ce qui était alors le Besançon Basket Comté à la fin de l’année 1994. « Je coachais à l’époque l’équipe de Genève et la sélection nationale Suisse mais le club a eu des soucis de budget et l’opportunité de Besançon s’est présentée » se souvient-il.

La Pro A devant 5000 spectateurs

Alors mal classés, les bisontins avaient pourtant un objectif en début de saison, la montée en Pro A, l’élite du basket français. « Pour mon premier match je me souviens d’une victoire sur le buzzeur à Hyères Toulon ». Le début d’une belle fin de saison, avec des hauts et des bas, mais qui va amené le club du président Max Mulon aux play-off. « Ça s’est joué en 5 matchs contre Tours avec la dernière rencontre à domicile, au Palais des Sports, le 20 mai 1995 devant près de 5000 spectateurs », poursuit l’ancien entraineur qui garde encore en mémoire ce match gagné 104 à 82 dans une ambiance de folie. « On a gagné ce soir là le titre de champions de France et notre ticket pour la Pro A ». Une première dans l’histoire du club qui va rester pendant six années à ce niveau-là.

Présent au Palais des Sports pour supporter Besançon

Jean-Paul Rebatet quitte son poste après deux années et demie mais confesse avoir toujours suivi l’évolution du basket à Besançon où il a gardé beaucoup d’amis, n’hésitant pas à aller voir l’équipe jouer quand elle passait près de chez lui. Après un long passage en Afrique où il a entrainé plusieurs équipes nationales, le désormais professeur d’éducation physique et sportive retraité de l’Education Nationale vit dans le Beaujolais où il est directeur technique dans un club évoluant à l’échelon départemental. « Ça me permet de rester dans le milieu et d’être toujours actif » poursuit-il. Il continue d’avoir un œil sur Besançon mais aujourd’hui par l’intermédiaire du BesAC Basket, devenu la référence sur Besançon. Une équipe qu’il espère bien entendu voir se maintenir en N1, en attendant mieux. « C’est vraiment une ville qui aime le basket et qui mérite de retrouver le haut niveau » plaide-t-il. Un chemin qui commence par ces deux matchs les 28 janvier et 1er février au Palais des Sports, là où tout s’est passé il y a plus d’un quart de siècle déjà…