Grand Besançon. Une association négocie des tarifs de groupe auprès des mutuelles

Installée à Thise, l’association ASAPA s’adresse à tous, habitants de la commune, du Grand Besançon et même au-delà. Son but, fédérer pour faire baisser les offres tarifaires des mutuelles.

139
L'association concerne les habitants de tout le Grand Besançon et bien au-delà.

Toute personne assurée a pu s’en apercevoir, le prix des mutuelles ne cesse de grimper et la tendance ne semble pas vouloir s’inverser bien au contraire. L’impact est particulièrement visible chez les retraités et les demandeurs d’emploi. « La sécurité sociale continue de reporter beaucoup de dépenses sur les mutuelles qui répercutent ensuite ces coûts supplémentaires sur les clients » explique Pascal Deriot qui, en réponse, a créé en 2015 l’Association Solidarité Amélioration du Pouvoir d’Achat (ASAPA). Ce groupe citoyen totalement indépendant part du principe qu’individuellement, il est impossible de négocier alors qu’en groupe l’écoute est différente.

Des économies substantielles

De trois personnes au début, l’association est aujourd’hui passée à 700 membres, un poids respectable quand il s’agit de discuter.  « Chaque année nous négocions les tarifs avec notre mutuelle, celle-ci ne peux les augmenter sans l’autorisation de notre association, nous veillons également à la qualité des prestations ». Objectif pour les adhérents, faire des économies. « Nous renseignons les personnes qui nous contactent et comparons leur mutuelle et nos possibilités ». Un fonctionnement très simple pour l’ASAPA qui souhaite atteindre le millier d’adhérents, ce qui renforcerait sa position face aux professionnels. « Aujourd’hui, nous travaillons avec une mutuelle du Jura, à taille humaine, qui met par exemple à disposition de l’association une personne dédiée. Et nous renégocions chaque année sachant que le prestataire retenu s’est engagé à ne pas augmenter ses tarifs sans notre autorisation » poursuit le président. De plus, les nouveaux adhérents ne sont soumis à aucun questionnaire de santé, dispose d’une carte de tiers payant et n’ont pas de délai de carence. Ceci en plus d’une économie d’environ 30%. « Nous n’hésitons pas à nous déplacer pour expliquer dans les communes notre dispositif. Et tout le monde peut nous rejoindre ».