Haut-Doubs. À Morteau, le volley survit tant bien que mal

Qui n’a pas un jour joué au volley-ball au collège, au lycée ou sur une plage ? Un sport qui pourtant reste peu pratiqué dans le Pays Horloger.

130
Les jeunes de l'école de volley sont très motivés.

« Nous comptons aujourd’hui une cinquantaine d’adhérents avec une double structure, loisirs pour les adultes et compétition pour les catégories jeunes de U9 à U15 qui participent régulièrement à des plateaux contre d’autres clubs », précise le président Sylvain Zanello. Les adultes n’ont en effet plus comme le passé l’occasion de participer à un championnat, faute d’effectifs suffisants mais continuent à pratiquer et à se confronter à des équipes voisines comme Maiche ou Pontarlier. « Nous rencontrons des personnes qui comme nous jouent pour le plaisir » regrette-t-il.

Comment expliquer ce manque d’engouement pour un sport très présent aujourd’hui encore en milieu scolaire et couronné d’une médaille d’or olympique pour l’équipe de France masculine l’an dernier ? « C’est une discipline techniquement exigeante. Bien sûr il faut être assez grand ou compenser par une bonne détente, puis, allier coordination et motricité ». Ajoutez à cela une médiatisation quasi inexistante et concurrence des autres sports collectifs… Heureusement, à Morteau, on continue à jouer au Volley et on n’est pas près à ranger filets et ballons. Ce sport reste également au programme du tournoi de la ville chaque année, moment privilégié pour les membres du club qui assurent l’arbitrage et savourent le temps d’une soirée de voir que leur sport favori, même peu pratiqué, reste une parenthèse appréciée par beaucoup.