Haut-Doubs. Val de Morteau. Mélanie Pugin, championne du monde d’enduro VTT

Des balades familiales en VTT dans le val de Morteau à une carrière professionnelle qui la conduit déjà sur le toit du monde, le parcours de Mélanie Pugin est exceptionnel. De quoi susciter peut-être des vocations.

652
Mélanie Pugin est championne du monde en titre et entend bien le rester. (Photo Kike Abelleira)

« Les compétitions de VTT Enduro sont des épreuves composées par une alternance de spéciales chronométrées à profil descendant avec pas plus de 15 à 20% de pédalage et de liaisons non chronométrées mais à réaliser quand même dans un temps imparti » explique Mélanie Pugin, spécialiste de la discipline dont elle a décroché le titre de championne du monde 2021. « On est sur des courses de 1 à 2 jours avec 40 à 60 km quotidiens et jusqu’à 2000 mètres de dénivelé positifs » détaille-t-elle.  Ce qui exige à la fois endurance, vitesse et compétences techniques, des qualités qui s’ajoutent à l’explosivité dont Mélanie a su faire preuve en étant très régulière lors des neufs manches qui lui ont permis de devenir première mondiale.

Professionnelle depuis 2 ans

Pour elle, tout a commencé à l’âge de 10 ans par de tranquilles randonnées en VTT avec sa famille. Pour aller plus loin, tout en rejoignant le Vélo Club de Morteau Montbenoit, elle s’inscrit au trophée régional des jeunes vététistes et en découvre les différentes facettes dont la descente où rapidement elle excelle, se classant 3ème aux mondiaux catégorie junior en 2008. « J’ai ensuite voulu aller un peu plus loin en découvrant l’enduro dont la descente n’est qu’une partie de l’effort » confie la jeune femme. « Une nouvelle discipline plus jeune et plus complète ». Là aussi, Mélanie s’impose au point de devenir professionnelle en 2020. « Les années précédentes, je devais concilier la compétition avec les études puis le travail donc j’utilisais notamment toutes mes vacances pour le sport ». Elle a donc quitté son poste dans le dédouanement pour signer un contrat avec le fabriquant de VTT « BH ».

« J’ai déjà créé avec un associé une école de VTT dans le Val de Morteau pour faire découvrir ce sport aux enfants »

Un modèle pour les jeunes

Pour la nouvelle saison qui se profile, à 31 ans, Mélanie Pugin est au sommet de sa discipline et de sa forme. L’objectif est donc simple, en théorie en tout cas, conserver son titre de championne du monde. « Si tout va bien cette année, on ne devrait pas courir qu’en Europe mais avoir aussi plusieurs manches aux Etats-Unis et au Canada ». Et ensuite, la trentenaire pense-t-elle déjà à sa reconversion ? « J’ai déjà créé avec un associé une école de VTT dans le Val de Morteau pour faire découvrir ce sport aux enfants, partager mon expérience et les valeurs du sport qui me sont chères comme le sens de l’effort et le dépassement de soi ». Si elle arrive à transmettre tout cela à ses élèves, le Val de Morteau pourrait bien être dans les années à venir une vraie pépinière de champions et championnes de VTT !

Une discipline impressionnante!
(Photo Kike Abelleira)