Les manifestations en soutien à la Palestine continuent

Plus d’un mois après les attaques terroristes du Hamas et la réponse d’Israël qui ne s’arrête pas, plusieurs centaines de bisontins ont manifesté leur soutien à la population palestinienne.

275

« Ce n’est pas une guerre, c’est un génocide ».  C’est sur ce slogan que les manifestants ont quitté à 14h l’esplanade des droits de l’homme ce samedi 4 novembre, à l’occasion du troisième rassemblement organisé en soutien à la Palestine. Un appel lancé au niveau national par plusieurs associations comme Palestine Amitié, ATTAC, le syndicat CGT, ou encore les partis politiques Europe Ecologie Les Verts, Genération.s, LFI, etc.

Alors qu’ailleurs dans l’Hexagone, ce type de manifestations a donné lieu à des pancartes et phrases antisémites, à Besançon aucune pancarte antisémite, ni de slogans appelant à la haine, à la violence ou à la discrimination. Les organisateurs veillaient aux débordements éventuels et les menaces du gouvernement de poursuivre tout comportement délictuel, ont probablement calmé les ardeurs de certains manifestants.  Dans un communiqué commun, Palestine Amitié, France Palestine, le Mouvement de la Paix, Attac, la SDH, le MRAP, CCFD, les syndicats Solidaires, FSU et CGT et les partis politiques A Gauche Citoyens, les Ecologistes, Génération.s, La France Insoumise, Ensemble et le Parti Communiste, demande « la fin des bombardements, l’arrêt du blocus sur Gaza et les déplacements forcés ». Les signataires veulent « une paix juste et durable, la reconnaissance des droits du peuple palestinien, l’arrêt de la colonisation et la fin de l’occupation dans le respect des résolutions de l’ONU ».

Si les manifestants appellent à « un cessez-le-feu immédiat », on peut regretter qu’aucun appel pour la libération sans conditions des centaines d’otages israéliens retenus par le Hamas n’a été prononcé. Ces rassemblements pour la Palestine, n’offrent pas la possibilité de condamner le Hamas ni les attaques terribles du 7 octobre. Malgré la mauvaise météo ce samedi 4 novembre, ils étaient environ 500 à se rassembler pour une nouvelle marche, la troisième depuis les attaques terroristes du Hamas. Une semaine plus tôt, ils étaient plus de 800, avec un temps plus clément. Un nouveau rassemblement s’organise dans les prochains jours, sans pour l’heure, connaître le lieu ni la date.