Luc Terraz, Directeur de l’Agence Régionale de la Biodiversité.

Biodiversité… un mot souvent utilisé par les scientifiques et lanceurs d’alertes pour faire prendre conscience au grand public que la planète est en danger et que l’homme, responsable de la situation, peut encore agir. Les explications du Directeur de l’Agence Régionale de la Biodiversité.

158
Les changements sont possibles mais il est urgent de les faire maintenant et de mobiliser dans ce sursaut toute la société, du citoyen aux collectivités en passant par le secteur privé.

Qu’est-ce que la biodiversité ?

La biodiversité désigne l’ensemble des êtres vivants, espèces animales et végétales mais aussi des bactéries, et des écosystèmes dans lesquels ils vivent ainsi que leurs interactions. On parle même de diversité génétique au sein d’une même espèce. L’être humain fait partie intégrante de cette biodiversité. Elle est essentielle à sa survie et à sa bonne santé.

En quoi notre sort est-il lié à celui des autres espèces ?

Le bon fonctionnement des sols, substrat principal pour les végétaux, dépend des invertébrés et des champignons. Quant aux insectes pollinisateurs, ils sont indispensables pour la survie de nombreuses plantes… mais aussi des êtres humains. La biodiversité sert également à stocker l’eau dans les milieux humides ou à la retenir dans les terres agricoles grâce aux haies qui jouent notamment un rôle d’épurateur en éliminant certains polluants. Dans une période où les changements climatiques apparaissent comme le prochain grand défi de l’humanité, la gestion de l’eau sera l’un des grands enjeux pour lutter contre les sécheresses récurrentes et la biodiversité y jouera tout son rôle.

Globalement quel constat dressez-vous de la situation actuelle ?

Le bien-être de l’humanité, son économie, sa survie reposent en partie sur la biodiversité. Nous sommes tous tributaires de la biodiversité pour l’air que nous respirons, pour l’eau et les aliments que nous consommons. Plusieurs pressions pèsent sur la biodiversité : destruction des habitats, pollutions, changement climatique, colonisation par des espèces exotiques envahissantes, et exploitation de certains organismes. Autant de menaces à ne pas négliger. La région Bourgogne-Franche-Comté en particulier est marquée par un patrimoine naturel important à préserver.

La situation est-elle inquiétante comme on l’entend souvent ?

Au niveau mondial, la nature décline globalement à un rythme sans précédent dans l’histoire humaine et le taux d’extinction des espèces s’accélère, provoquant dès à présent des effets graves sur les populations humaines du monde entier. C’est la conclusion du nouveau et historique rapport de la Plateforme intergouvernementale sur la biodiversité et les services écosystémiques.

Quels sont les outils disponibles pour suivre l’évolution ?

Les données relatives à la biodiversité concernent l’ensemble du monde du vivant, flore, fonge, faune et leurs habitats. Elles sont indispensables pour identifier les zones à protéger par exemple… Ainsi, pour que le citoyen, et pas que, puisse s’approprier la biodiversité de sa région, les données sont mises à sa disposition dans le portail Sigogne, et des indicateurs sont produits par l’Observatoire Régional de la Biodiversité. Grâce à ces deux outils, l’Agence travaille actuellement sur le livret 100 chiffres sur les espèces en région, à découvrir bientôt !

Quelles solutions pour sauver la biodiversité ?

L’avenir des sociétés humaines est donc lié au bon état des espèces, des ressources et des milieux naturels, alors que faire ? Les changements sont possibles mais il est urgent de les faire maintenant et de mobiliser dans ce sursaut toute la société, du citoyen aux collectivités en passant par le secteur privé.

Un citoyen peut-il agir à son niveau ?

Chaque geste compte ! L’Office français de la Biodiversité a créé une plateforme pour vous donner des idées pour préserver la biodiversité : https://agir.biodiversitetousvivants.fr/les-gestes. On y explique comment installer des nichoirs, initier des actions dans votre travail ou dans votre jardin, prendre part à un chantier participatif… Il y en a pour tous les goûts !