Pontarlier : des employés toujours plus rares

Pour son 4e salon de l’emploi, le Grand Pontarlier étend sa plage horaire et accentue son intérêt pour la formation. Ils seront une centaine d’entreprises et formateurs pour cette édition.

747
Photo DR

C’est une demande des participants, côté exposants comme du côté public, alors le Grand Pontarlier a décidé d’étendre son offre. Une heure plus tôt le matin, une plus tard le soir. Preuve que la formule marche, ils sont 98 exposants à répondre à l’appel de la CCGP, une quinzaine de plus que l’an dernier, toujours à l’Espace Pourny. C’est aussi la conséquence d’une pénurie de main d’œuvre à la frontière qui touche désormais tous les secteurs d’activités ou presque.

Pour la troisième année consécutive, l’entreprise Haut-Doubs sécurité participe au Salon de l’emploi à Pontarlier et recherche des salariés. Youssef El Machichi, gérant de l’entreprise peine à recruter. « La Suisse aspire une grande partie de la jeunesse qui cherche un salaire plus important », explique le gérant. « Le salon de l’emploi est une opportunité supplémentaire de pouvoir recruter des apprentis et des salariés et les retours des deux années précédentes sont positifs. » L’entreprise a pu recruter deux apprentis qui aujourd’hui sont devenus salariés. L’activité, elle, ne cesse de croitre et Haut Doubs Sécurité souhaite ouvrir deux autres postes. L’entreprise compte aujourd’hui 12 salariés et a développé un système d’avantage en nature pour permettre la pérennisation de ses emplois en investissant dans l’immobilier avec des locations à loyer modéré ou encore la mise à disposition de véhicules et d’une carte carburant. Des avantages entraînant un meilleur pouvoir d’achat.

La formation au cœur du programme

Un autre processus sur le long terme permet de pérenniser des salariés. Trouver de jeunes adultes encore en formation et les accompagner jusqu’à leur premier emploi quand en parallèle, leur vie privée se développe sur le territoire. Un axe que souhaite développer en priorité ce 4e Salon de l’Emploi en offrant une grande place aux différents établissements de formation.

En tant qu’acteur de la formation continue et de l’alternance, le réseau Greta participe depuis la création du salon de l’emploi. Une place essentielle au cœur de l’activité socio-économique du bassin pontissalien. « Nous avons une mission de service public et un devoir de proximité envers les acteurs du territoire », explique Camille, assistante de direction du Greta. « Le salon de l’emploi est une occasion supplémentaire d’échanger avec l’ensemble des participants et des visiteurs. L’objectif du Greta est d’aller à la rencontre du grand public mais également des entreprises afin de proposer un accompagnement individualisé par le biais de la formation ». L’occasion aussi de faire connaître leurs offres de formation que ce soit à visée du public ou des entreprises. Bilan de compétences horlogerie, usinage, magasinage, secrétariat commerce… « Le salon de l’emploi permet également de capter des personnes éloignées de l’emploi qui n’osent pas forcément reprendre le chemin de la formation ou qui aurait besoin d’un accompagnement spécifique pour leur projet professionnel. » Le Greta est également à la recherche de ses salariés : un formateur/ formatrice en décolletage à temps plein mais aussi un(e) assistant(e) administratif à temps partiel.

De son côté Haut-Doubs Sécurité est à la recherche de commerciaux, toujours sous forme de contrat d’apprentissage et vise donc un public jeune majeur, titulaire du permis de conduire pouvant prétendre à une formation de niveau BTS. Pour Youssef El Machichi « cet événement a un réel impact au niveau local mais qu’il est difficilement entendable de voir bon nombre d’entreprises bisontines venir participer à ce salon ». Le chef d’entreprise juge plus judicieux de renforcer le partenariat avec les établissements scolaires du territoire, beaucoup plus présents au salon cette année.

Tableau des exposants présents.

M.S et L.N