7ème édition du Hacking Health à Besançon

Du 13 au 15 octobre, professionnels de santé, patients, étudiants de toutes disciplines se sont affrontés pour relever des défis innovants. Le Hacking Health est la démonstration que Besançon est bien la capitale de la santé de demain.

355
Macha Woronoff, la présidente de l'Université et Sébastien Coudry, conseille communautaire délégué représentant Anne Vignot, ont lancé la 7ème édition du Hacking Health dans l'amphithéâtre Pasteur de l'UFR Santé de Besançon ©YQ
L’édition 2023 change de dimension

Ce marathon d’innovation en santé, né à Montréal, a pu se développer grâce au dynamisme de Christophe Dollet qui anime l’épreuve depuis 7 ans. Cette année, des compétiteurs viennent de Besançon, de Franche-Comté, de Lorraine et de Suisse, pour réussir l’exploit en 48 heures, de faire d’un concept un prototype.

21 défis sont proposés cette année à 300 contributeurs

Ils sont étudiants en médecine, en micromécanique, biologistes, professionnels de santé ou simples patients ou aidants. Ils croisent et partagent leurs compétences et tentent d’apporter la meilleure réponse aux défis.

Un Marathon de santé pour inventer la médecine et les soins de demain

Co-organisé par Grand Besançon Métropole, l’Université de Franche-Comté, le CHU de Besançon et la Fondation FC’Innov, l’événement « sportif » de 48h met en avant la coopération interdisciplinaire la plus large possible.

Une grande variété de sujets

 » Quelle solution pour replier un stent déjà déployé dans une artère ? » Laura Lalondre est étudiante en école d’ingénieurs (ISIFC) spécialiste des dispositifs médicaux à Besançon. C’est le défi qu’elle propose. Un stent mal positionné peut entraîner un déchirement des artères ou déclencher une infection.

« Comment créer un dispositif de compression post-mastectomie plus performant, esthétique et simple d’utilisation ? » Séverine est porteuse de projet au CHU et accompagnée de Charlotte, patiente opérée d’un cancer du sein et Yolande du service de gynécologie du CHU. Ce défi est particulièrement d’actualité au moment d’Octobre rose (1 femme sur 8 développe un cancer du sein en France).

« Comment éviter le gaspillage de produits anesthésiants ? » Romain Vilcoq est étudiant ingénieur en bio médical à Besançon. Le constat : 40% des produits anesthésiants intraveineux sont jetés pour des raisons de stérilité. Le défi consiste à mettre fin à ce gâchis tout en assurant la sécurité des patients.

« Comment mieux accompagner le parcours des patients en ambulatoire ? »  Mélanie Jouille est professionnelle de santé. Elle souhaite agir sur une meilleure prise en charge en ambulatoire, souvent source de stress pour les patients. Le défi consiste à proposer aux patients, professionnels de santé et libéraux de se mettre en relation pour optimiser le parcours du patient et le rendre acteur de son rétablissement.

Les 21 défis demandent des réflexions d’équipes pluridisciplinaires, sachant que l’objectif est d’avoir au terme du marathon de 48 heures non-stop, un projet abouti. Sacré challenge !

Chaque année, le Hacking Health bisontin attire de plus en plus de porteurs de projets (il n’y en avait que 13 en 2020), intéresse de nombreux étudiants et engagent des partenaires publics et privés.

Le marathon de l’innovation en santé peut être suivi  toute au long de l’année sur le site  http://www.hh-besancon.fr/

Yves Quemeneur