Baromètre 2022 de l’Epargne en Bourgogne Franche-Comté

Où en est l’épargne des français dans cette période post-Covid et un conflit russo-ukrainien qui impacte fortement l’inflation et le coût de l’énergie ? Le "Baromètre IFOP pour Altaprofits 2022" apporte des éléments de réponses.

201

La 4ème édition du baromètre de l’épargne en France et en régions, est réalisée par l’IFOP, à la demande d’Altaprofits, société de conseil en gestion de patrimoine sur Internet.

Cette analyse étudie le comportement d’épargne des Français pour assurer leur avenir et préparer leur retraite. La succession d’évènements économiques de forte amplitude, susceptibles d’avoir une incidence directe sur le quotidien des Français, n’a pour l’instant pas d’impact sur leur épargne.

L’épargne reste dynamique en Bourgogne Franche-Comté

72% des épargnants placent de l’argent au moins tous les 6 mois et 43% chaque mois. 92% des habitants de la région possèdent au moins un produit d’épargne (Livret A en particulier) et 64% en ont plusieurs. Les résultats de l’enquête réalisée par l’IFOP en 2022 sont en nette progression par rapport à celle de 2021.

Si la région ne tient pas la corde des performances économiques, c’est en Bourgogne Franche-Comté que les épargnants sont les plus nombreux à posséder un ou plusieurs produits d’épargne. Ils sont 95% à abonder régulièrement leurs produits d’épargne.

Faire face aux imprévus

L’enquête de l’IFOP le confirme  » 53 % des épargnants bourguignons et francs-comtois déclarent que le principal motif d’épargne consiste à faire face aux imprévus ». Ce sont les imprévus du quotidien comme une panne de voiture ou le remplacement d’un appareil dans 37% des cas. Dans le contexte économique actuel, c’est aussi une épargne de précaution pour faire face à une situation exceptionnelle comme la perte d’un emploi, le soutien à un proche ou l’arrivée d’un enfant (16%).

Au plan national, 46% des Français épargnent pour faire face aux imprévus du quotidien, 9 points de plus que les bourguignons et francs-comtois.

En Franche-Comté, on montre peu d’intérêt pour le risque

70% des épargnants bourguignons et francs-comtois préfèrent des produits d’épargne sans risque, même si le rendement est très faible. 19% optent pour un rendement plus élevé avec un risque faible et seuls 5% vont choisir des produits à risque laissant espérer un rendement important.

Par rapport aux précédentes éditions, les épargnants de la région sont un peu plus sensibilisés à des produits d’épargne plus responsables socialement et en matière d’environnement, quel que soit leur rendement. Intéressés par 6% des épargnants de la région, ces produits restent malgré tout marginaux.

Quels choix sur les produits d’épargne

Comme au plan national, 80% des épargnants francs-comtois et bourguignons possédant un ou plusieurs produits d’épargne,  privilégient les livrets réglementés (Livret A, PEL, LDD…). 31% ont choisi un contrat d’assurance-vie ou de capitalisation. 16% choisissent un Plan d’Epargne en Actions (PEA) et 9% un Plan d’Epargne Retraite (PER).

Les valeurs refuges

L’immobilier demeure une valeur refuge pour 46% des épargnants de la région (45% au niveau national). Pour 33% d’entre eux, le contrat d’assurance vie est également un « rempart » contre l’inflation (un taux supérieur de 7 points à la moyenne nationale). L’or est considéré comme une valeur refuge pour 22% alors que la Bourse peine à intéresser 12% des épargnants bourguignons et comtois (9% au plan national).

Pour Stellane Cohen, Présidente d’Altaprofits, initiatrice de ce baromètre annuel, « Après deux années d’épargne exceptionnelles, le taux d’épargne des Français par rapport au revenu brut reste encore très élevé sur le premier trimestre 2022 ».

La reprise inflationniste et son impact sur le pouvoir d’achat pourrait réduire une partie de l’épargne. A l’inverse, l’inconnue de la sortie de crise du conflit russo-ukrainien pourrait inciter les épargnants à se tourner vers des placements en « actifs réels » répondant mieux à un contexte inflationniste.

Le choix des épargnants de continuer à se tourner majoritairement vers des placements à risque nul ou très faible, est compréhensible. Il pénalise toutefois l’activité économique en privant les entreprises, et notamment les PME, de fonds propres pour financer leur développement. On sait à quel point c’est important sur le territoire franc-comtois.

Yves Quemeneur

 

 

Méthodologie de l’enquête : Le « Baromètre 2022 de l’Épargne en France et en régions » a été réalisé par IFOP du 19 au 27 avril 2022, auprès d’un échantillon de 2 405 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus, et constitué selon la méthode des quotas. Les interviews ont été réalisées par questionnaire auto-administré en ligne.