Besançon, premier territoire visité par le nouveau Président de l’ADEME

Sylvain Waserman a été nommé le 14 juillet 2023 à la tête de l’Agence de la Transition écologique. Agé de 55 ans, l’ancien député de la 2ème circonscription du Bas-Rhin, battu en 2022 par un candidat de la Nupes, retrouve un siège prestigieux et "tendance" à la tête de l’ADEME.

572
Sylvain Waserman, Président national de l'ADEME et Adrienne Simon-Krzakala, Directrice de l'ADEME Bourgogne Franche-Comté ©YQ

Sylvain Waserman se présente, dans sa bio « Dirigeant d’entreprise ». A y regarder de plus près, il a dirigé 8 ans une entreprise publique de distribution d’énergie à Strasbourg ! On est loin d’une PME… De formation ingénieur en télécoms, le nouveau patron de l’ADEME est surtout énarque, plus à l’aise sur les tableurs Excel. Ne gâchons pas le plaisir qu’il ait choisi Besançon comme première étape dans les territoires. Il a mis en avant trois objectifs d’envergure pour la Bourgogne Franche-Comté.

Les Assises de la bioéconomie

Elles se veulent « une expérience inédite d’invention collective d’une stratégie de partage des usages de la terre ». Les 16 et 17 octobre prochains, elles réuniront acteurs économiques, collectivités, organismes publics, associations et citoyens pour « échanger et construire une vision partagée conciliant production alimentaire, production énergétique décarbonée et assurer le maintien d’une ressource forestière et bocagère… »

L’ADEME entend « faire prendre conscience des limites du système actuel et définir des voies nouvelles acceptées par tous ». Sur ce dernier point, Sylvain Waserman est conscient de la difficulté de la tâche. « La transition écologique doit s’appuyer sur une acceptation citoyenne ! »

« Le monde nous regarde »

« Si la France ne représente qu’1% des émissions de GES, le monde entier nous regarde sur les solutions que nous mettons en œuvre » argumente le patron de l’ADEME. On peut raisonnablement douter d’un tel exemple quand la Chine construit l’équivalent de 2 centrales à charbon par semaine (source Greenpeace).

Autre exemple sur la production de viande animale. La politique de transition écologique voudrait réduire drastiquement l’élevage bovin en France. Le pet des vaches françaises émet autant de gaz à effet de serre que 15 millions de voitures…Pas sûr que l’importation massive de viande argentine soit la solution !

Le GRACC ou l’adaptation coordonnée au changement climatique

L’acronyme pour « Groupe Régional d’Adaptation au Changement Climatique » réunit les acteurs institutionnels de la région pour fédérer les démarches écologiques. L’ADEME met en avant « l’unité d’action entre les principaux financeurs » !

RT2E, un réseau de conseillers dédiés aux entreprises

Pour l’ADEME, les entreprises constituent un levier incontournable pour accélérer la décarbonation des modes de vie, de déplacement et de consommation. L’Agence entend conseiller techniquement ou financièrement les entreprises sur leurs projets en lien avec la décarbonation.

Ne doutons pas de la volonté de l’ADEME et de ses équipes à participer à la nécessaire transition écologique du pays. Pourtant, en matière de mobilités, l’ADEME ne dispose pas des moyens pour convaincre Etat et Région à investir fortement dans les axes ferroviaires entre Besançon, Neuchâtel et Lausanne, une façon concrète de diminuer les émissions de GES des milliers de francs-comtois qui travaillent en Suisse.

« La transition écologique est un sujet extrêmement complexe » a conclu Sylvain Waserman…un propos d’énarque peut-être loin des réalités du quotidien !

Yves Quemeneur