Doubs. Changements d’entraîneurs au Racing Besançon et au Besançon Football

Les saisons ont été différentes avec toutefois une issue commune : le Racing Besançon et le Besançon Football se retrouveront en N3 pour l’exercice 2024/25 avec de nouveaux entraîneurs.

641
Le directeur sportif du Besançon Football Jaouad Amarouch a présenté le nouvel entraîneur de l'équipe fanion Frédéric Jay fin mai. Photo DR

Le « retour aux sources » prôné par le Racing Besançon depuis quelques mois devrait s’accentuer avec cette relégation en National 3. En commençant d’abord par l’équipe fanion où un duo d’entraineurs bien connus du club, prend les commandes. Après avoir porté la tunique rouge à plus de 100 reprises avec le RCFC, Claude Robin est de retour. Passé par Vesoul puis Saint-Étienne, près d’une décennie à l’ESTAC, le coach fait surtout parler de lui en 2019/2020 alors qu’il permet à l’USL Dunkerque de monter en Ligue 2. Il reprend ensuite Orléans avant de retrouver Troyes comme adjoint de Bruno Irles. Un solide parcours qui ne lui a jamais fait oublier Besançon.

Claude Robin – Bruno Poinsel au Racing

Pour l’épauler, le Racing a fait appel à Bruno Poinsel, les deux hommes s’étant déjà cotoyé à Vesoul. Un duo régional qui compte bien s’appuyer sur la formation bisontine pour retrouver le plus rapidement possible l’échelon supérieur. Avec Mâcon, Auxerre (2), Dijon (2) ou encore Jura Dolois, la course à la montée s’annonce intense. Pour y parvenir, il faudra notamment s’imposer face à l’autre club de la ville, Besançon Foot, auteur d’une belle saison où pour la troisième fois d’affilée le club a terminé en première partie de tableau de N3.

Frédéric Jay au Besançon Foot

Un résultat qui n’aura pas effacé les divergences entre l’entraîneur Benoît Pansier et certains ses joueurs et autres membres du club. La collaboration entre les deux parties terminée, le président Carl Frascaro et son directeur sportif Jaouad Amarouch ont choisi Frédéric Jay, ancien pro passé par notamment l’AJ Auxerre avec qui il découvre la Ligue des Champions (1996-97). Entraîneur depuis plus de dix ans dont six saisons sur le banc d’une équipe fanion, il a connu une montée avec Louhans-Cuiseaux en N2 (2019) avec qui il redescend à la fin de l’exercice 2022/23. S’il souhaitait prendre du recul pendant un an, son envie de retrouver les terrains l’a rapidement rattrapé et les premiers échanges avec le BF ont instauré une collaboration de confiance. Reste alors un challenge de taille : faire aussi bien que son prédecesseur.

Le FCSM a choisi Karim Mokeddem

En recherche active d’un successeur à Oswald Tanchot, le FCSM a longtemps laissé ébruiter différents noms avant d’annoncer la nomination de Karim Mokeddem, pour deux saisons. Si sur son CV ne figurent que d’équipes de N3 au National, le lyonnais fait l’unanimité partout où il est passé. Proche du directeur sportif Julien Cordonnier, à 50 ans Karim Mokeddem sort d’une saison à l’US Orléans avec qui il atteint les 16es de finale de Coupe de France, éliminé par le PSG tout en terminant 10e du championnat à 4 points de Sochaux. Avec lui, le staff et les supporters rêvent d’une première saison comme Pierre Sage à l’OL et l’objectif n’a pas changé : remonter en Ligue 2.