Doubs. Invité de la semaine : Cyprien Roze, président du festival Ebulli’son 

Les Eurockéennes viennent de se terminer et d’autres festivals se succèderont jusqu’à l’automne dans le Doubs. Parmi eux, Ebulli’son est devenu une valeur sûre pour tous les passionnés. Impulsé par Cyprien Roze, des dizaines de bénévoles s’activent pour faire vibrer la commune de Montfaucon les 1er et 2 septembre 2023. 

1254
Cyprien Roze
Cyprien Roze, directeur Ebulli'son. Crédit Photo - Maeva Barroca

On parle beaucoup de la santé fragile des festivals et de leur avenir. En partant de rien en 2017, Ebulli’son est devenu l’un des gros rendez-vous festifs de la fin d’été, comment l’expliquez-vous ? 

On a déjà la chance d’avoir eu des bénévoles motivés dès le départ pour faire un événement. On est 180 aujourd’hui, c’est assez fou. Je savais comment fonctionnait « en gros » un festival car j’ai passé plusieurs années aux Vieilles Charrues à une place stratégique mais créer son propre événement, c’est autre chose. Alors on a commencé modestement en 2017, c’était d’abord une fête de la bière avec le club de football (FCMMGV). C’est devenu un vrai festival de musique l’année suivante avec de la bière et du son, d’où le nom. On a immédiatement trouvé notre public, on a su déjouer la crise sanitaire et ses restrictions pour garder une continuité, ça paye aujourd’hui. Ce qui plaît c’est aussi cette image de partage et de communion. Il faut un espace pour celui qui veut être collé à la scène, déchaîné, comme la bande d’amis qui vient profiter de la musique et des produits locaux sous forme d’apéritif musical et bon vivant. On aura encore une dizaine de bières à déguster cette année !

Vous estimez à 800 le nombre de spectateurs en 2018, aujourd’hui la jauge est à 5000. Peu de rendez-vous multiplient par six leurs spectateurs aussi rapidement. Les artistes sélectionnés participent aussi à cette réussite grandissante, comment les sélectionnez-vous ?

À l’image des Fatals Picards en 2019 ou Cali cette année, on essaye toujours d’avoir une tête d’affiche qui parle à tous sans pour autant être ringard ou dépassé (rires). C’est toujours une surprise aussi de savoir comment le public va réagir. Ce sont d’abord les bénévoles qui proposent des noms et le bureau qui tranche mais on tente vraiment tout, on ne se refuse rien même si la réalité financière nous rattrape parfois. Trinix est aujourd’hui un duo connu dans le monde entier dont les musiques passent en boucle sur TikTok, Youtube et autres, un public plus jeune adore. Ça peut étonner certains de voir que ce duo est venu dans un petit festival à Montfaucon et là encore c’est l’idée d’un bénévole, je ne connaissais pas du tout ! On est allé chercher MR TOUT LE MONDE avant qu’il cartonne cette année ou Talisco. Des artistes qui ne disent peut-être pas encore quelque chose au grand public et qui pourtant font danser des millions de personnes. On aura 15 groupes au total cette année, dont plusieurs locaux !

180 bénévoles travaillent sur le festival Ebulli’Son crédit photo – Maeva Barroca

Le lieu arrive déjà presque à saturation…
On a encore un peu de marge mais oui, c’est aussi pour cela que notre jauge peut paraître restreinte. C’est flatteur mais il ne faut pas se prendre pour plus grands que ce que l’on est réellement. Organisons d’abord du mieux possible notre rendez-vous, on verra ensuite…

Le lieu ne change pas mais offre toutefois son lot de nouveautés cette année ?

Toujours ! On aura un écran géant pour retransmettre tous les concerts de la Grande Scène ! Ça permet de profiter pleinement peu importe où l’on se trouve. On utilisera aussi du cashless sous forme de petites cartes rechargeables pour payer.

Il reste deux mois avant cette 5e édition, où en est-on des préventes ? 

Il en reste encore pour samedi, un peu plus pour le vendredi mais l’offre prend fin dans quelques jours ! On devrait à nouveau être au complet cette année, c’est très motivant pour tous les organisateurs. À nous de le rendre au public les 1er et 2 septembre !

Martin SAUSSARD