Doubs. Naomi Rivière s’envole pour Miss Franche-Comté

À 26 ans, Naomi Rivière est devenue Miss Doubs 2023 en mai dernier. Avec un profil loin des critères historiques d’un concours en quête de renouveau, l’hôtesse de l’air originaire de Valdahon espère s’envoler le plus loin possible dans l’aventure Miss France.

3421
À 26 ans, Naomi Rivière (à gauche), succède à Marion Navarro (à droite). Crédit photo : Comm'on by Tiffou

Une couleur de peau dorée par le soleil libanais, sourire éclatant et une élégance qui masque un rythme de vie parfois usant. Assise en terrasse d’une brasserie bisontine, Naomi Rivière a une heure de temps libre pour revenir sur l’événement qui chamboule son quotidien depuis un mois : le 14 mai, elle est devenue Miss Doubs 2023, contre toute attente ou presque. À l’inverse de dizaines de femmes, comme Marion Navarro avant elle, le concours n’a jamais été un rêve de petite fille. « Il est devenu celui d’une femme », sourit-elle.

Symbole du « nouveau » concours

Photo DR.

À 26 ans, elle incarne pourtant cette image de modernité si chère au comité Miss France depuis plusieurs années. Pointé du doigt pour ses règles jugées trop strictes, sexistes ou misogynes, la production du concours a assoupli plusieurs critères historiques l’an dernier comme l’âge, le célibat ou l’interdiction de tatouages. Tout l’inverse de Naomi Rivière en somme. « On m’avait approchée pour le concours il y a quelques années mais je ne me sentais pas de le faire. Puis j’ai grandi, je me suis pacsée, j’ai fait quelques tatouages… L’idée a fait son chemin, mes proches me poussaient et aujourd’hui j’ai déjà la chance d’avoir ce titre. C’est un peu étrange d’être la doyenne du concours à seulement 26 ans ou d’avoir cinq ans de plus que Marion Navarro. Pourtant je m’inspire énormément d’elle (Ndlr : Marion Navarro, Miss Franche-Comté 2022 et 3e à Miss France) ou de beaucoup d’autres filles de l’aventure. », confie l’intéressée dont la taille, 1,78m est aussi un avantage.

34 kilos de perdus… en trois mois et demi

Les qualités de la Valdahonnaise ne s’arrêtent pas aux « nouveautés ». Sa formation d’hôtesse et les cinq années passées dans les airs auprès des passagers ont aussi joué un rôle important pour décrocher cette première écharpe. « On apprend à toujours garder une prestance, une élégance et une éloquence intactes dans n’importe quelle situation. Après deux années en Droit, l’esprit de compétition ne me plaisait pas du tout et je suis partie aux États-Unis comme fille au pair. Le voyage devait durer deux ans… Je suis restée deux semaines. Quand j’ai découvert le métier d’hôtesse, j’ai su que c’était ce que je voulais vraiment faire ». Naomi Rivière revient en France et réussit le concours d’entrée chez Air France, non sans mal. « J’étais plutôt ronde et la remarque d’une collègue m’a bouleversée. J’en ai fait une force et mon corps s’est transformé, j’ai perdu plus de 34 kg en trois mois et demi. Jeûne intermittent, sport… avec mon métier c’est soit l’un soit l’autre ! ».

Photo DR.

Entre deux vols, la jeune femme prend désormais sa responsabilité de Miss très au sérieux. Marche contre l’homophobie et la transphobie, Color Life au profit de la Ligue contre le cancer, opération Juin Jaune pour sensibiliser aux risques du soleil ou encore le Panora Trail pour soutenir l’accompagnement des familles d’enfants autistes. Les causes mises en avant sont nombreuses et parfois personnelles. « Ma mère a été touchée par un cancer et je n’ai que très peu connu mon père biologique. J’ai la chance d’avoir un beau-père en or, un entourage solide mais ces épisodes de la vie font forcément grandir plus rapidement. Chez Air France je passe mon temps à être au service des gens et j’aime ça. Pour ce concours c’est presque tout l’inverse ! Je vois des comptes fans sur les réseaux sociaux, des gens qui veulent prendre une photo, discuter avec moi comme si j’étais devenue exceptionnelle. Attention, j’apprécie vraiment ça, c’est juste incroyable ! », poursuit Naomi.

Une fois ce week-end de Pentecôte terminé, Miss Doubs a laissé son écharpe départementale pour monter à bord d’un vol direction Cancún, au Mexique. « J’emmène la Franche-Comté un peu partout dans le monde », glisse l’intéressée, attachée à son territoire au point de vivre à six heures en train de son lieu de travail. « Ça demande une organisation supplémentaire, mais la compagnie me soutient à fond. J’ai déjà eu quelques aménagements, des congés pour me préparer à l’élection de mai. J’ai demandé un mois « off » en octobre pour me préparer à l’élection régionale. »  Le rendez-vous se déroulera le vendredi 20 octobre à la commanderie de Dole. Indira Ampiot, Miss France 2023, sera présente. Elles seront 14 candidates. D’ici là, Naomi Rivière va encore voler de nombreuses heures et continuer son intense marathon entre Valdahon, Besançon et le reste du monde.

14 candidates à Dole le 20 octobre pour l’élection Miss Franche-ComtéÀ la Foire Comtoise, le comité régional a distribué l’ensemble des écharpes départementales. Au total, 14 candidates ont réparties sur les quatre départements participeront à l’élection Miss Franche-Comté. Voici le palmarès :

Pour le comité de Belfort-Montbéliard : 
Miss : Romane Fernandez
1ère Dauphine : Valentine Geng
2ème Dauphine : Camille Quenot

3ème Dauphine : Morgane Alapetite

Pour le comité de la Haute-Saône :
Miss : Tiffany Ringot
1ère Dauphine : Noémie Tarik
2ème Dauphine : Marie-Lys Mouroux
3ème Dauphine : Lucie Bobert
Pour le comité du Doubs 2023 : 
Miss : Naomi Rivière
1ère Dauphine : Jessye Lamoureux
2ème Dauphine : Mathilde Louyot

Pour le comité du Jura 2023 :
Miss : Sonia Coutant
1ère Dauphine : Marie-Louise Maître
2ème Dauphine : Manon Guespin

M.S