Drame funeste à Grand’Combe Chateleu

Etienne Manteaux le Procureur de la République et le Lieutenant-colonel Jean-Paul Lebeau, commandant en second de la section de recherches de la gendarmerie de Besançon ont fait un point le 28 novembre sur ce drame qui endeuille une commune du Haut-Doubs.

1351
Fin 2023, le procureur Étienne Manteaux dévoilait les derniers éléments de réponses du Docteur Péchier. Photo MS.

Ce lundi 27 novembre vers 12h, pompiers et gendarmes faisaient une découverte macabre dans une maison de cette commune proche de Morteau : les corps sans vie d’une maman de 51 ans et de ses jumelles de 7 ans. L’alerte avait été donnée par plusieurs personnes. D’une part, l’institutrice des deux fillettes s’était étonnée de leur absence à l’école le matin et par des mamans amenant leur enfant au domicile de la mère, celle-ci étant assistante maternelle.

Les trois personnes sont décédées d’un syndrome asphyxique. Selon le procureur de la République, l’enquête s’oriente vers le meurtre par la mère des deux jumelles, probablement par étouffement. La maman a tenté ensuite de se suicider par pendaison. Le câble ayant été rompu, elle s’est alors bouchée avec du scotch toutes les voies respiratoires. Les autopsies, encore en cours, ne permettent pas d’affirmer que les enfants aient été sous une soumission chimique avant d’être étouffées. Aucune trace de violences physiques n’ont été relevées, si ce n’est un petit hématome derrière l’oreille de l’une des jumelles.

Un drame sur fond de séparation mal vécue

Le couple, marié depuis une vingtaine d’années, était séparé depuis 2021. À cette date, la garde des enfants avait été confiée à la maman, le père ayant à l’époque un poste de cadre à responsabilités dans une entreprise d’horlogerie en Suisse. Son contrat en Suisse s’est terminé fin 2022 conduisant alors à une garde alternée des deux enfants. La baisse importante de revenus du père a entraîné en cascade une diminution de la pension alimentaire, mettant la maman dans une situation financière délicate.

La maman supportait très mal la séparation avec le père des deux jumelles. Elle avait envoyé des appels très malveillants sur le téléphone de son ex-conjoint, qui lui avait valu un rappel à la loi. Selon les premiers éléments de l’enquête, elle avait une très grande colère depuis leur séparation. À ce stade, le père de famille n’a pu être entendu par les enquêteurs, son état de sidération ayant imposé une hospitalisation. Aucune lettre n’a expliqué son probable geste. Toutefois, précise le Procureur de la République, les enquêteurs ont retrouvé dans une baignoire remplie d’eau de Javel, un smartphone, un ordinateur portable, des photos des deux fillettes et le faire part du mariage des parents.

Yves Quemeneur