Edito. Une bisontine au Qatar

432

Un édito sous forme de journal de bord, alimenté tout au long de cette Coupe du monde au Qatar. Alors qu’en France les spectateurs attendent ou non l’Équipe de France, certains ont fait le voyage dans la péninsule arabique pour encourager notre nation… ou saisir des opportunités. C’est le cas d’Ines Kadri, une bisontine de 23 ans partie au Qatar depuis le mercredi 16 novembre en compagnie d’une quinzaine d’autres français. Direction Doha, la capitale et lieu de tous les matchs du tournoi !

Sur place, la jeune femme travaille dans un prestigieux hôtel Qatari, le Four Seasons. Au sein de l’établissement, où de nombreux membres de la Fifa, l’organisateur, hommes et femmes politiques de pays participants sont installés. « Nous devons gérer l’organisation des soirées avant et après les rencontres », explique Ines. Un poste d’hôtesse plutôt confortable : billets d’avion payés tout comme le logement et les repas sur place, accompagnés d’un salaire avoisinant les 3000 €. « Nous avons un jour de repos par semaine et les horaires de travail sont principalement entre 16h et 00h. »

Réaliste, Ines Kadri a d’abord réfléchi à toutes les conditions imposées par le Qatar pendant la compétition, tout comme aux droits de l’Homme et à la condition de la femme dénoncées ces derniers mois : « à mon échelle, je ne pense pas changer grand-chose, j’ai besoin de travail et d’expérience, je n’ai pas le luxe de faire passer mes convictions avant pour l’instant. Même si c’est lié, je ne travaille pas directement pour l’organisation de la Coupe du Monde mais pour un hôtel. »

Le retour est prévu le 19 décembre et d’ici là, nous vous proposerons de suivre les aventures de la jeune femme.

M.S