Gendarmes verts, justice environnementale

442

Dans son entretien au journal du Dimanche du 21 août, le minsitre de l’intérieur Gérald Darmanin assurait vouloir créer « 3 000 postes de gendarmes pour améliorer le travail d’enquête judiciaire ». En ligne de mire, les pyromanes après des incendies énormes partout en France dont certains volontaires. «[…] L’objectif est que, dans chaque brigade de gendarmerie, il y ait des gendarmes formés aux atteintes à l’écologie », assurait-t-il. Cette année 26 pyromanes présumés ont été interpellés en France.

Cette nouvelle brigade verte pourrait également intégrer l’Office de la biodiversité du Doubs, dont le combat contre les pollueurs ne s’arrête jamais. C’est en tout cas le souhait de Jean-Pierre Hérold, spécialiste de la vie aquatique dans le Doubs. « Si on donne les moyens à la police de l’environnement de faire son travail, beaucoup de choses pourraient bouger rapidement. Pendant très longtemps, les procès-verbaux passaient au tribunal et le procureur mettait ça sous une pile… »

L’arrivée en 2020 de Claire Keller, substitute du procureur en charge notamment des infractions liées à l’environnement, a déjà amorcé un premier virage. « Son action a en tout cas mené plus d’affaires environnementales jusqu’au tribunal. », se satisfait le spécialiste de la vie aquatique. Pour preuve la condamnation des fromageries Monnin et Perrin en juillet dernier, pour des rejets polluants directement dans la nature. Les condamnés ont fait appel, le dossier n’est pas terminé mais la justice a désormais un œil attentif sur la faune et la flore du Doubs. Un début sans pour autant être une solution miracle.

M.S