Grand Besançon 2ème édition du challenge régional de la mobilité du 19 au 25 septembre

Le challenge vise à encourager et promouvoir les alternatives à la voiture individuelle (marche, vélo, transports en commun, covoiturage…) lors des trajets domicile-travail. L’objectif est également de valoriser les bonnes pratiques en matière de mobilité, de la part des salariés eux-mêmes et/ou de leurs employeurs.

199
Un défi collectif

Tout employeur situé sur le territoire de Grand Besançon Métropole peut relever le défi d’une autre mobilité pour lutter contre le réchauffement climatique.

En 2021, 32 entreprises publiques et privées s’étaient inscrites et 490 salariés avaient participé au challenge.

Grand Besançon Métropole est partenaire de cette opération organisée par l’ADEME, la Région Bourgogne Franche-Comté, la DREAL, la Chambre de Commerce et d’Industrie ainsi que la Chambre des Métiers et de l’Artisanat.

Des prix récompensant les entreprises les plus vertueuses

Grand Besançon Métropole décernera des prix selon 4 catégories d’entreprises (de 1 à 9 salariés, de 10 à 49 salariés, de 50 à 248 salariés et au-delà de 250 salariés). Des prix attribués au niveau régional récompenseront les entreprises : un prix « vélo », un prix « transports en commun », un prix « territoires ruraux » et un « coup de cœur du jury ».

Les inscriptions sont ouvertes sur https://www.challengemobilite-bfc.fr/

En 2021, ce sont surtout des entreprises publiques et/ou parapubliques qui ont participé. Les entreprises privées, et notamment les PME, sont sensibles à éviter « l’autosolisme ». Elles attendent surtout des pouvoirs publics un aménagement harmonieux et durable du territoire. Le développement de l’axe Besançon-Suisse nécessite une double offre : ferroviaire pour les liaisons vers la Suisse et les plateaux du Haut-Doubs ; routière par l’aménagement (enfin) de la RN57.

Selon de nombreux usagers des TER, voyager en train avec un vélo relève souvent du parcours du combattant. En Bourgogne Franche-Comté, le transport de vélos est gratuit et sans réservation. En cas d’affluence sur certains parcours, c’est « le premier arrivé, premier servi ». Munie d’un billet de train, une famille peut se voir refuser l’accès au train si les emplacements prévus sont occupés ! Sur l’axe Besançon – La Chaux de Fonds, les frontaliers pourraient utiliser le train et terminer leur voyage en vélo…Pourtant, les horaires ne sont pas adaptés et les rames ne sont pas équipées d’emplacements pour les vélos. C’est bien d’inciter à changer de mode de déplacement…à condition que cela soit possible !

Grand Besançon Métropole a largement investi dans les parkings de co-voiturage en périphérie de la ville-centre. Toutefois, la topographie autour de Besançon impose et imposera aux salariés, travailleurs indépendants ou encore étudiants, l’usage de leur voiture.

Yves Quemeneur